Retour l'accueil du site






Régis LOISEL
(scénario)

Olivier PONT
(dessin)

François LAPIERRE
(mise en couleur)


Un putain de salopard



Nous voici plongés au cœur de la jungle amazonienne, sur les traces de Max, un jeune Français qui débarque au Brésil en 1972 pour essayer de retrouver son père. Le scénario accumule les rencontres et les rebondissements, la violence des uns et l’humour des autres, autour de personnages attachants. Les décors sont superbes, le graphisme précis et expressif. Un premier album qui ouvre avec  bonheur une nouvelle série…

Max est arrivé là avec deux photos qu’il a trouvées dans les affaires de sa mère décédée six mois plus tôt. Deux photos où il pose avec sa mère mais avec un homme différent sur chacune. Il se dit que l’un des deux pourrait être son père et il revient dans ce village où il a vécu jusqu‘à l’âge de trois ans pour essayer d’en savoir plus. Sa mère a toujours refusé d’aborder le sujet et d’évoquer le passé.

En montrant les photos ici et là, il arrive à obtenir des informations. Personne ne connaît le nom de ces hommes mais on se souvient de leurs surnoms. L’un était appelé Mermoz, « un putain de salopard » qui pilotait un avion dans la région pour des transports pas très catholiques et se serait écrasé dans la jungle il y a huit ans.  L’autre, c’est "le comptable". On ne sait pas ce qu’il est devenu mais Zachary, le contremaître du camp forestier, en sait peut-être plus….

Ce camp forestier, véritable chantier de déforestation en pleine jungle, va se trouver au cœur de cette histoire.

Dès son arrivée dans le petit village de Kaliboantao, Max a fait plusieurs rencontres.
Parmi elles, Christelle et Charlotte, deux jeunes infirmières venues là pour leur premier job, un remplacement de trois mois dans un dispensaire à proximité du camp forestier. Elles vont se trouver confrontées à la violence des hommes et à leur besoin de femmes dans cet univers éloigné de tout.
D’autre part, Baïa, une jeune fille muette mais pas sourde, qui livre des potions et plantes médicinales au camp forestier. C’est avec elle que Max part pour essayer de rencontrer Zachary, le contremaître.

Mais le sort en décide autrement ! Max et Baïa se retrouvent seuls au milieu de la jungle poursuivis par des hommes armés. Bienvenue dans les marais, parmi les sangsues, les caïmans et les fauves ! Max, jeune et naïf, n’a rien d’un Indiana Jones. Heureusement que Baïa est en mesure d’assurer leur survie.  

Du drame et de l’humour, de la violence et de la tendresse, des personnages attachants, des décors magnifiques et inquiétants, tous les ingrédients sont réunis pour un cocktail qui va réjouir les amateurs de bandes dessinées et d’aventures au cœur de la jungle.
La fin de l’album est digne des bons feuilletons pour créer un désir irrépressible de découvrir la suite. Patience, dégustons déjà celui-ci en attendant le suivant.

Serge Cabrol 
(09/05/19)    



Retour
Sommaire
Bandes dessinées














Rue de Sèvres

(Avril 2019)
88 pages - 18



On peut feuilleter
les premières pages
de l'album sur le site
de l'éditeur :
www.editions-ruedesevres.fr