Retour l'accueil du site





Yahia BELASKRI

Si tu cherches la pluie, elle vient d'en haut


Ce roman d'amour et de haine, à la fois puissant, violent et plein de tendresse, montre le désir de liberté, de réussite et de modernité d'un jeune couple confronté à une société paralysée et terrorisée par les excès de certains religieux et par le poids d'une corruption généralisée.

Le prologue nous présente Déhia et Adel jeunes et ambitieux, enthousiastes et pleins de projets, mais détruits par la violence qui les a entourés et a tué leurs proches qui cherchent à se reconstruire au fil d'un voyage en Italie.
Déhia et Adel ne se lassent pas, vont de surprise en étonnement. Ils viennent de loin, ils le savent, ils viennent de nulle part, de là où les fils ont été coupés, cisaillés, les fils qui relient aux ancêtres. Ils viennent de là où la mort ne s'invite pas, résidant à demeure, frappant, saisissant, emportant la vie à sa guise.

Dans une alternance entre le passé et le présent, nous découvrons et comprenons dans quel enfer qu'ils ont vécu.

Déhia, professeur à l'université, a du mal à assurer ses cours quand une large partie de son enseignement est contestée par des étudiants aussi obtus que fanatisés. Un ministre lui propose des millions pour rédiger la thèse de son fils qui lui permettra d'obtenir un bon poste à la direction d'une entreprise. Les pressions sont fortes et l'enseignement devient aussi dangereux qu'un terrain miné.
Elle est soutenue par sa mère, enseignante elle aussi, mais les deux frères jumeaux de vingt-deux ans, radicalisés dans une haine contre la liberté des mœurs, n'hésiteront pas à égorger cette mère aimante.
Un chapitre impitoyable entremêle une scène d'amour entre Déhia et Salim et l'assassinat de la mère par ses fils. De paragraphe en paragraphe on voit l'amour et la haine exprimer leur puissance et parvenir au paroxysme dans le même instant. Écriture fascinante et bouleversante.
Salim, le compagnon de Déhia, professeur lui aussi à l'université, rencontre la mort à son tour, poignardé par un de ses élèves. Comment Déhia peut-elle survivre à tant de haine et de désolation ?

Adel, jeune cadre dans une entreprise, est confronté sans cesse à des demandes de corruption. Il en accepte certaines, tente de résister à d'autres, est agressé, licencié. Il trouve un poste dans une autre entreprise et noue une relation avec Besma, une collègue de travail. Le mariage est programmé mais une bombe interrompt la belle histoire d'amour.

La troisième partie est consacrée à Badil, le jeune frère d'Adel devenu délinquant et qui subit les violences de la prison. Un jour de grande pluie, dans leur enfance, Badil cherchait quelque chose par terre quand son père lui a dit : Qu'est-ce que tu cherches ? Si tu cherches la pluie, elle vient d'en haut. Il avait quatre ans ce jour-là et il s'est longtemps demandé ce que son père voulait dire avec cette phrase. Plus tard, il comprend que c'est un mensonge mais il est trop tard.
Après la mort des parents et le départ de son frère, Badil est resté seul.
Il a cherché du travail, en a trouvé, a été embauché, renvoyé, a cherché encore, n'a pas trouvé. Il a commencé par de petits larcins, un portefeuille par-ci, un sac par-là, jusqu'au vol aggravé, puis les choses ont évolué. Avec un groupe de marginaux comme lui, ils ont pénétré dans une maison, volé des objets de valeur, ont été arrêtés, jugés, condamnés. Dix ans de prison. L'enfer commençait.
Jeune garçon plongé dans un monde d'horreur, il est violé par ses codétenus autant que par les gardiens. Une fois sorti, il faut se débrouiller, c'est dur, violent. Il choisit de quitter le pays par la mer sur une barque bien légère face aux grosses vagues…

L'histoire d'amour de Déhia et Adel est construite sur tous ces drames. Quelle énergie, quelles forces de vie cela demande de se reconstruire après de pareilles épreuves ! Un livre bouleversant, à la fois optimiste et terriblement douloureux. Ce deuxième roman de Yahia Belaskri est une nouvelle preuve du grand talent de cet auteur qu'il faut absolument faire connaître et encourager.

Serge Cabrol 
(16/08/11)    



Retour
Sommaire
Lectures










Éditions Vents d'ailleurs

128 pages - 14











Yahia Belaskri,
est né à Oran (Algérie). Après des études de sociologie, il est responsable des ressources humaines dans plusieurs entreprises algériennes puis se tourne vers le journalisme. Un an après les émeutes d'octobre 1988, il décide de s'installer en France. Son premier roman, Le bus dans la ville (Vents d'ailleurs, 2008), brossait un portrait palpitant de sa ville natale. Lors du salon Étonnants Voyageurs 2011, le jury du 7e prix Ouest-France Étonnants Voyageurs a couronné son deuxième roman,
Si tu cherches la pluie,
elle vient d'en haut
.