Retour à l'accueil du site





Jean Claude BOLOGNE

L'ange des larmes


L’ange des larmes est un roman qui mêle réalité, mythe et fantastique, selon les concepts de la Nouvelle Fiction.

La réalité, c'est la France de novembre 1873 qui sort du Second Empire et de la Commune de Paris, hésitant entre l'avènement de la république et le retour de la monarchie représentée par le comte de Chambord, héritier des Bourbons, que certains auraient bien vu régner sous le nom d'Henri V.
Une rencontre est prévue entre Mac-Mahon (« qui rêve de gouverner un royaume ») et le Comte de Chambord mais finalement l’accord n’aura pas lieu et le maréchal optera pour la république et un septennat présidentiel.

Le mythe, c'est la lutte entre l'archange Cassiel et le baron de l'enfer Téragon. Le baron prépare l'assassinat d'Henri V avec le couteau de Ravaillac par Pierre de Mousquy, un jeune noble qui a rejoint la commune.
Cassiel s'est donné pour mission d'empêcher Pierre de commettre cet attentat.

Pierre est "habité" par l’archange qui devient narrateur en chapitres alternés écrits en italique. « N’aie pas peur : tu ne me verras pas, tu ne m’entendras pas. […] Mon nom est Cassiel, l’archange blessé, l’archange des larmes. Tu crois que tu me rêves, je crois que je t’écris. Qui de nous a raison, dans ce monde improbable où nous nous rencontrons, où ce mot n’a aucun sens ? Qui le premier est apparu, dans un temps qui ne connaît que le présent ? Rien n’a pus de sens, sinon notre rencontre. Dors et rêve-moi, que je puisse croire encore que je vis, que je parle. »

Pierre vit avec Marie, a pour amis Alfred et Odette qui lui a ménagé une rencontre avec Charles Garnier. L’architecte est chargé de construire un opéra et il embauche toutes sortes de corps de métiers y compris des juristes pour déjouer les pièges administratifs. Pierre, étudiant en droit, pourrait prétendre à l’un de ces postes mais c’est un jeune homme en colère, qui n’a pas digéré l’écrasement de la Commune et s’enflamme contre Garnier. « Qu’est-il venu faire dans ce traquenard ? Il n’est pas de la France qui reconstruit, il est de celle qui détruit, pour la beauté des ruines. »

Il y a quelques mois, Pierre a volé à son oncle le couteau de Ravaillac, le couteau qui a tué un roi et « qui choisit ses victimes ». Aujourd’hui, il voudrait vendre ce couteau mais Téragon, le démon, a un autre projet : le couteau doit à nouveau tuer un roi…
Qui l’emportera de l’archange ou du démon ? Que vont devenir Pierre et Marie ?

Les réponses sont à découvrir au fil de ce passionnant roman dont l’écriture est superbe, comme toujours avec Jean Claude Bologne, paradoxalement violente et délicate, précise et enflammée. Un livre qui fascine, qui emporte, et dont on sort ébloui par un ouvrage aussi brillant.

Serge Cabrol 
(23/01/11)    



Retour
Sommaire
Lectures








Calmann-Lévy

230 pages - 17,50 €



Photo © Y.M
Jean Claude Bologne

né à Liège en 1956, vit aujourd’hui à Paris où il enseigne l'iconologie médiévale. Il a publié une trentaine d'ouvrages : romans, nouvelles,
essais, dictionnaires...

Pour visiter le site
de l'auteur :
http://perso.wanadoo.fr/
jean-claude.bologne



Découvrir sur notre site
un autre livre
du même auteur :

Le marchand d'anges