Retour l'accueil du site






Pierre BORDAGE


L'arcane sans nom


Sahil, jeune déserteur de l'armée afghane, s'est réfugié en France dans l'attente d'un passage possible en Angleterre. Depuis deux ans, il végète ainsi dans Paris, de squat en squat, hanté par ses souvenirs. C'est dans la planque d'une communauté sataniste occupée à préparer un spectacle décapant et glauque à souhait, dans le cimetière du Père Lachaise pour le vendredi 13 Août, qu'il a finalement trouvé refuge. Ceux-ci ont accepté la présence de l'étranger pour honorer la dette d'un d'entre eux envers lui mais il est tenu à l'écart. Difficile cependant de rester indifférent à la belle et provocante Ten, vedette du happening...

Par l'intermédiaire de l'un de ses co-résidents, un homme bien mis vient lui proposer la coquette somme de cinq mille euros et les papiers qui lui permettraient de financer son voyage en échange d'un petit "service". Il s'agirait de l'exécution d'une jeune femme dans un parking, le soir des bacchanales sataniques. L'arme est fournie, le plan semble sérieusement préparé et l'affaire sans risque. Sahil saisit donc cette "chance inespérée" de réaliser son rêve et cache la conséquente avance qui lui est versée en lieu sûr en attendant la date fatidique. Mais quand il se retrouve sur place pour honorer son contrat, il ne tarde pas à comprendre qu'il s'est en fait naïvement fourré dans un piège et que le scénario pourrait se trouver fatal pour le tueur autant que pour la victime. Il s'enfuit sous les coups de feu, et se retrouve alors embarqué dans une folle course, poursuivi par les hommes de main russes du commanditaire peu enclins à la compréhension....

La facture s'allonge vite d'un autre mort qui lui vaut la police à ses trousses en complément et, malgré la complicité bienveillante de Ten et de Djidjo, étrange fillette rom maligne et délurée, ses espoirs d'échapper à cette machination et de se réfugier outre-Manche grâce à cet acompte explosif semblent bien minces. Suffisants cependant pour que le jeune trio, intrépide et déterminé, récupère voiture et argent pour filer vers le Nord jouant la montre...

C'est un roman de pure tradition noire dont on ne décroche pas avant la dernière page. Une histoire menée avec un train d'enfer autour d'une intrigue foisonnante de rebondissements, tout cela porté par une écriture efficace. Peu de personnages mais incarnés de façon attachante et humaniste.

"L'arcane sans nom", carte avec un squelette qui figure la mort mais signifie dans le tarot le basculement, colle parfaitement à ce récit où la mort, le malheur (la O'beng de Djidjo), n'en finissent pas de rôder mais où l'espoir d'un retournement brutal de situation n'est pas absent.

Mais surtout, au-delà des multiples péripéties vécues par Sahil, à travers les réminiscences qui le perturbent, c'est l'histoire personnelle du jeune réfugié, le conflit afghan entre factions extrémistes, armées officielle et occidentale, le choc des traditions et des cultures et la situation du pays en guerre qu'évoque Pierre Bordage. Dès la première ligne, l'auteur nous plonge dans les remords et les interrogations du personnage face au sang et à la mort dont il a été messager, dans le déchirement qu'il ressent entre extrémisme religieux et fascination pour la liberté des Occidentaux.
Mais par refus du manichéisme, pour mettre un peu d'humanité et de désordre dans tout cela, parfois les rôles des gentils et des méchants se mélangent, voire même s'inversent.

Superbe aussi l'incursion lumineuse dans la communauté des Roms de Paris avec Djidjo et sa tante guérisseuse, qui vient en contrepoint à l'univers faussement noir et sanglant des jeunes satanistes d'opérette plus paumés que méchants et celui, plus trouble, des politiques et de la mafia dont la violence n'a peut-être pas grand-chose à envier à celle des conflits armés.

Un beau roman pour la saison inaugurale de Vendredi 13 et un pari réussi pour cette nouvelle collection dirigée par Patrick Raynal qui allie la maison d'édition La branche avec une boîte de production de cinéma : 13 romanciers, 13 lieux, 13 histoires, pour une sortie de romans adaptables au grand écran le 13 du mois. Jouissif !

Dominique Baillon-Lalande 
(19/11/11)    



Retour
Sommaire
Noir & polar









Editions La Branche
Vendredi 13
224 pages - 15





Pierre Bordage,
né en 1955, auteur d'une quarantaine de romans,
a obtenu de nombreux
prix littéraires.

Bio-bibliographie sur
Wikipédia




PRÉSENTATION DE LA COLLECTION VENDREDI 13
par Alain Guesnier, éditeur

La collection VENDREDI 13 s'inscrit dans la même démarche éditoriale que l'aventure SUITE NOIRE. Elle repose sur la même synergie créée entre les Éditions La Branche et la société de production Agora Films.
Inscrite dans une économie globale, édition littéraire / site internet / production audiovisuelle, elle fait appel aux diffusions et financements de ces 3 médias.
Une collection de livres, volontairement limitée à 13 romans originaux et contemporains. 13 œuvres littéraires fortes et résolument personnelles, intégrant, pour mieux s'en libérer, un cahier des charges commun.
Une collection de 13 films d'auteur adaptés des romans. Chacun des films sera le fruit du coup de cœur d'un auteur-réalisateur pour l'un des romans. L'adaptation se fera sous son autorité.
Patrick Raynal, directeur de collection des romans, participera au comité éditorial chargé de suivre les 13 adaptations, de veiller à leur qualité et au respect de l'esprit de l'œuvre originale.