Retour à l'accueil






Georges-Olivier CHÂTEAUREYNAUD

Le corps de l'autre


Après L’autre rive, voici Le corps de l’autre. Toujours le Styx nous sépare de l’une ou de l’autre. Passage vers la mort ou vers une autre vie ?
Louis Vertumne, critique littéraire sévère et redouté, vit ici une étrange aventure. Agé, amer, il erre dans Paris le soir de Noël, sans but et sans illusion.
« Il se savait au bout de son rouleau et doutait même d’être encore en vie pour assister quelques jours plus tard au premier matin de la prochaine année. »
Et en quelques secondes, tout bascule.
« Vertumne se heurta à un skinhead qui tenta de le racketter en le menaçant d'un couteau. Tout alla très vite. Vertumne se rebiffa et frappa le voyou au visage. Celui-ci jura, et enfonça sa lame dans la poitrine du vieil homme. Les yeux exorbités, Vertumne s'accrocha à son agresseur et l'entraîna avec lui en glissant à terre, son regard de mourant plongé dans le sien. »

Il y a fort longtemps, une quarantaine d’années, Vertumne s’était retrouvé chez des hippies où, entre deux joints et quelques verres d’alcool, un homme, surnommé Cheval fou, tenait d’étonnants propos.
Cheval fou se présenta comme une sorte de mage, et plus encore : « J'ai des pouvoirs, je sais des choses... Il existe en Amazonie une tribu qui voit en moi un dieu ! » Il était clair qu'il était chargé à ras bord, cependant ni Vertumne ni personne d'autre n'était net à ce moment-là. L'assistance écouta sans protester Cheval fou tenir un discours d'où il ressortait que si, à l'instant de mourir de mort violente, on plongeait son regard avec assez d'intensité dans celui de son meurtrier, il arrivait que celui-ci mourût à votre place dans votre corps, tandis que vous investissiez le sien, un peu comme un bernard-l'ermite déménage d'une coquille à l'autre. Vertumne n'y avait pas cru…

Et pourtant, voilà Vertumne, dans le corps du skinhead, contemplant, effaré, le cadavre du vieux critique littéraire allongé sur le trottoir.
Il prend ses jambes à son cou et nous allons le suivre au fil des pages pendant sa première année de cavale. Un esprit de vieil intellectuel dans un corps de jeune voyou, compatibilité délicate.

Impossible en tout cas de se faire reconnaître comme la réincarnation du critique littéraire. Ce serait directement la prison ou l’hôpital psychiatrique.
Dans les poches de son nouvel accoutrement, Vertumne trouve une photo, une pièce d’identité, une clé, un téléphone portable et deux euros vingt-cinq centimes. Il va falloir se débrouiller avec ça…
Il s’appelle désormais Donovan Dubois et va devoir faire connaissance avec l’ancienne vie de son nouveau corps.

De La Courneuve à Marseille en passant par une petite station balnéaire de Normandie, nous suivons ce personnage chaotique dans son errance, ses réflexions sur la vie, les femmes et l’écriture. Pourquoi ne profiterait-il pas de sa nouvelle jeunesse pour écrire un roman ?
Sa première vie n’avait été qu’un brouillon, sa carrière de critique un pis-aller, mais il avait déjà tout vécu, tout éprouvé, tout affronté... Fort de cette expérience et de ses lectures innombrables, il croyait savoir où avaient achoppé ses contemporains, sur quels écueils s'étaient brisées leurs bouteilles à la mer. Romancier aspirant, il disposerait sur ses concurrents potentiels d'une avance décisive, irrattrapable.

Mais la cohabitation entre le corps et l’esprit se révèle difficile et peu favorable à l’élaboration d’une œuvre littéraire. Le corps n’est pas qu’une enveloppe charnelle, ce sont aussi des pulsions, des possibilités nouvelles, une libido exigeante…

Faute de voir avancer le roman de Vertumne-Dubois, on a la chance de pouvoir lire celui de Georges-Olivier Châteaureynaud et c’est un bonheur à chaque ligne. L’auteur nous tient en haleine avec les aventures de son minotaure des temps modernes, moitié vieil intello moitié jeune voyou. Une nouvelle interprétation du mythe de Faust mais sans pacte avec le diable. Comment peut évoluer l’être composé de l’âme de Vertumne dans le corps de Dubois ? La réponse est à découvrir en suivant, une fois encore, page après page, le sillon tracé par un auteur qui confirme à chaque livre la place essentielle et originale qu’il occupe parmi les maîtres de la littérature fantastique contemporaine.

Serge Cabrol 
(16/03/10)    



Retour
Sommaire
Lectures









Editions Grasset

360 pages - 18 €








Vous pouvez lire
sur notre site

un entretien avec
G.-O. Châteaureynaud


et des articles
concernant
d'autres livres
du même auteur :

Au fond du paradis

Mécomptes cruels

Les intermittences
d'Icare


Singe savant tabassé
par deux clowns


L'autre rive

De l'autre côté d'Alice





Un essai vient de paraître
consacré à l'œuvre de
Georges-Olivier Châteaureynaud


Christine Bini
Le marbre et la brume
Editions Alphée

282 pages - 19,90 €