Retour l'accueil du site





Gaston-Paul EFFA


Je la voulais lointaine


Je la voulais lointaine, l'Afrique, voilà ce qui est en filigrane du roman de Gaston-Paul Effa où Obama, le narrateur au nom d'oiseau (Obama, l'aigle au bec crochu, le seul rapace qui a le privilège de tutoyer le soleil), fuit son Afrique natale après avoir reçu un sac de la part de son grand-père féticheur. Issu d'une famille animiste, il se sent chargé d'une mission et du poids de son nom : "Pour nous autres, animistes, c'est une façon de placer chacun dans la balance des plaisirs et des peines en lui rappelant que l'homme ne peut rien contre son nom."

Obama quitte l'Afrique pour la France : "Je vais bâtir ma vie, je quitte l'Afrique." malgré ce que lui dit sa grand-mère : "– Tu sais, me dit-elle, la larme à l'œil, tu sais, il n'est pas possible d'échapper à soi-même, même en partant à l'autre bout du monde. Le séjour d'un tronc d'arbre dans l'eau n'en fait pas un crocodile."

Obama arrive en terminale à Strasbourg pour une nouvelle vie hantée par ses origines qu'il essaye d'oublier. Il se rêve avec une peau moins noire.
Il va réussir ses études, devenir professeur de philosophie, rencontrer Julia, se mettre à écrire. Il sera publié.

Sa honte de l'Afrique le poursuit. Comment vivre sans racines ? Comment exister malgré toutes les réussites de sa vie ? Est-ce que tout pourra continuer ainsi ? La vie en décide autrement : "Je m'interrogeais sur ma part maudite. Si je me souviens bien, tout avait commencé ce jour de la saison des pluies où mon grand-père était venu chez nous."

Où est le pire exil : sur la terre d'exil ou sur la terre de ses origines ? Quel rôle joue la mémoire ?
"Le sac qu'il m'avait légué donnait un nom à mon nom, m'apprenait qui j'étais, me racontait mon histoire, m'explicitait les circonstances de ma naissance, me renseignait sur ma destinée, me reliait à mon double spirituel, me donnait pouvoir sur le village, me faisait planer sur les êtres, je pouvais à présent comprendre le langage des oiseaux et des choses muettes."

Comment se situer entre l'Afrique et la France ? L'Afrique est chargée du poids des ancêtres, des traditions, de la société. La France est loin de correspondre aux rêves que font les Africains.

C'est un très beau roman où la construction nous balade d'un univers à un autre, d'un questionnement à un autre comme le personnage qui se cherche lui-même. Nous revisitons les traditions africaines et les rites qui pèsent sur les épaules des jeunes Africains.

Brigitte Aubonnet 
(02/02/12)    



Retour
Sommaire
Lectures









Éditions Actes Sud

144 pages - 15,80






Gaston-Paul Effa,
professeur de philosophie, écrivain, critique littéraire, mais aussi cuisinier et restaurateur, est l'auteur d'une dizaine de romans.