Retour à l'accueil du site






Alice FERNEY

Passé sous silence


Quelles sont les motivations profondes qui poussent les hommes à s’engager pour leur pays ? Ils sont persuadés d’agir pour le bien de la Nation mais ils agissent aussi pour eux, pour assouvir ce qui les valorise à leurs propres yeux.
S’inspirant de l’événement historique que fut l’attentat du Petit-Clamart visant le général de Gaulle au moment de la guerre d’Algérie, Alice Ferney retrace le parcours de deux hommes, l’un le général Jean de Grandberger et l’autre Paul Donadieu, militaire aussi.

Le premier ne rêve que d’une chose, revenir dans le feu de l’action. Il est à la retraite et se sent inutile, à l’écart du mouvement qui anime le monde, il analyse la situation qui se dégrade entre le Vieux Pays et la Terre du Sud, il pressent qu’il ne sera pas compris car en avance sur son temps en percevant l’évolution inéluctable qui transparaît dans les évènements mais il est persuadé qu’on viendra le chercher : « On disait qu'il attendait que les citoyens le rappellent. Cela n'était pas faux. C'était une coquetterie autant qu’une précaution démocratique. Pas de retour en force, mais la volonté (et la caution) du peuple, voilà ce dont il rêvait. On disait aussi qu'il regrettait d'avoir quitté le pouvoir. On disait qu'il trépignait dans sa grande bâtisse et manigançait pour le reconquérir. On disait tellement de choses ! »

Le deuxième a un caractère très particulier. Il est intègre, ingénieur et militaire. Il présente une personnalité rigide : « Tu étais comme tapi avec ton talent dans l'obscur cocon de la jeunesse. Dur à la peine, dur au mal, comme on le disait alors, tu étais héroïque et immaculé (deux choses qui ne vont pas ensemble). Et ce qui allait éclore était foudroyant d'intégrité : Paul Donadieu, régicide. » Il considère l’attitude du Général de Grandberger comme une politique d’abandon et de trahison.

Alice Ferney nous entraîne dans les pensées des deux hommes aux personnalités entières qui chacun a sa version et sa compréhension de la situation. A partir du fait historique, l’attentat du Petit-Clamart fomenté par Jean Bastien-Thiry contre le Général de Gaulle, Alice Ferney a créé deux personnages qui leur ressemblent. Cela permet d’analyser tous les ressorts psychologiques et l’enfermement dans lequel un être s’enfonce quand il tourne dans ses pensées. On comprend comment un militaire peut s’opposer et remettre en cause les positions prises par le Président de la République même si cela ne justifie pas ses actes : « Tu étais debout devant l'écran éteint. Tu commentas ce que vous aviez écouté. Il trahit l'armée, disais- tu. Il brade le patrimoine de la nation au nom de la nation. Il se croit tout permis. Il agit en dictateur ! Il affaiblit le bloc libre dans le monde. Tu t'interrompis, révisant tes propos. Il ridiculise l'armée ! Il la déshonore ! Imaginer la déception de tes frères combattants était insupportable. »
Paul Donadien se sent le défenseur des militaires qui dans la Terre du Sud combattent au prix de leur vie et des autochtones qui soutiennent le Vieux Pays et seront « lâchés et lynchés » quand le Vieux Pays quittera la Terre du Sud. Il ne comprend pas la politique qui est menée par le Général de Grandberger qui, lui, analyse la situation à plus long terme. Le Général de Grandberger est intègre, lui aussi, et ne veut nullement imposer une dictature même s’il supporte difficilement la contradiction.
Se posent le problème des pleins pouvoirs, de l’indépendance de la justice, des convictions et des actes violents qu’elles entraînent, de la violence, de la justification ou non de la peine de mort…
Ce sont des sujets d’éthique qui engagent toute une société et se posent de façon aiguë en période de crise.
On est très vite embarqué dans ce combat idéologique qui se lit avec tout l’intérêt que suscite la complexité des opinions et des engagements.

Brigitte Aubonnet 
(09/10/10)    



Retour
Sommaire
Lectures










Éditions Actes Sud

200 pages - 18 €












Portrait © Mélania Avanzato
Alice Ferney
enseigne les sciences économiques à l’université d’Orléans. Elle a publié huit romans chez Actes Sud depuis 1993.