Retour à l'accueil






Jérôme LEROY


En harmonie



Le 1er mai 2008, disparaissait Frédéric H. Fajardie, l’un des pères fondateurs du néopolar français. Un an après, Jérôme Leroy décide de lui rendre hommage de façon singulière, mélangeant la biographie de l'auteur et ses combats avec ses romans tout en se permettant en toute liberté un travail romanesque personnel.

Le scénario du roman est simple : Frédéric, la cinquantaine, écrit des romans historiques pour éviter d'avoir à écrire sur le monde qui s'impose à lui. Fatigué, il ne trouve plus sa place dans son époque et même si "nommer ce qui nous tue, c’est déjà une consolation", l'insomnie le taraude souvent.

« Dis, Frédéric, qu’as-tu fait de ta révolution ? Tu n’as pas l’impression que c’est paradoxal de voir tes camarades de combat, tes potes de guérilla urbaine sur les plateaux de télévision raconter leurs souvenirs d’anciens combattants, parler d’émancipation, de liberté alors qu’on n’a jamais eu autant l’impression, aujourd’hui, que la période est à l’ordre gris, au flicage informatique et qu’on en prend plein la gueule dès qu’on demande simplement à faire respecter des droits comme ceux de travailler, de pouvoir se soigner, se loger. (...) Dans le lit, Frédéric se retournait alors doucement sur le côté, fermait les yeux, essayait de se rendormir en se concentrant sur le roman qu'il était en train d'écrire, et qui l'emmenait loin de toute cette désespérance. »

Quand l'écrivain reçoit une lettre inattendue de Vanina Alberti, fille d'un de ses anciens compagnons perdu de vue depuis trente ans, il se prend en pleine face des bouffées de souvenirs et se laisse vite émouvoir. La jeune femme admirative de l'auteur qu'elle suit de loin par ses livres, confiante dans son sens de la fidélité à un vieux camarade « à qui le liait une de ces sympathies instinctives qui ne s'expliquent pas mais qui naissent du risque partagé et des montées d'adrénaline » lui demande de l’aide. Intérimaire chez Mital, entreprise de fabrication de matériel dentaire dans un Pas-de-Calais frappé par la crise et les fermetures d’usines, la jeune militante lutte pour déjouer les plans de son patron, ex soixante-huitard qui prépare sournoisement une délocalisation éclair. Mais elle s'est laissée aller à s'en ouvrir à son père et redoute qu'il ne règle l'affaire à sa façon en toute inconscience des dangers. L'écrivain complice des anciennes luttes pourrait-il venir pour le protéger de lui-même ?

Le courrier a mis du temps à parvenir à son destinataire mais celui-ci profitera d'une invitation littéraire à Arras pour aller y voir de plus près et répondre aux sollicitations de la demoiselle. C'est avec la curiosité et la générosité en bandoulière qu'il repart en terre du nord de la France. Ce retour aux sources lui permettra de renouer avec les engagements anciens aux côtés des ouvriers de Metaleurop. « Il recueillit fidèlement les paroles de ces ouvriers et de leurs familles en lutte. (...) Pour la première fois depuis des années Frédéric, paradoxalement, reprenait espoir. La soumission n'était pas une fatalité. » L'enquête, elle, croisera allègrement passé et présent avec d'une part la recherche de la malle cachée lors d'une action par le groupe de la Gauche Prolétarienne à laquelle appartenaient l'auteur et le père Vanina et d'autre part la découverte d'enlèvements de travailleurs clandestins, de meurtres, et de trahisons multiples tapis dans l'ombre de l'histoire Mital.

Des aventures qui peuvent laisser espérer un moment inverser les rapports de force entre le patron voyou et ses victimes et rêver d’un monde plus fraternel, en harmonie.

Jérôme Leroy avec cette biographie romanesque, chaleureuse et militante parvient à immerger le lecteur dans une ambiance politique et sociale à la fois intemporelle et d’actualité. En faisant de Frédéric Fajardie le personnage même d'un polar social qui ressuscite ses souvenirs, ses engagements et ses colères, il nous livre une vision toute personnelle de celui qui était son ami. Tous deux partageaient la même révolte contre les injustices, la volonté de lutter contre ce qui est trop souvent présenté comme inéluctable mais aussi la générosité et l'espoir d'un avenir meilleur.

Le roman, dans un scénario dynamique et cohérent, conjugue harmonieusement réalité et fiction. La couverture en a été confiée à Jean-Claude Claeys, dessinateur qui a longtemps accompagné la mythique collection NéO (avec entre autres quelques titres de Frédéric H. Fajardie), comme un clin d’œil nostalgique pour habiller de noir cet hommage fort et sensible au regretté "maître".

Un ultime rendez-vous amical et émouvant qui réveille l'envie de se replonger dans l’œuvre du grand Frédéric, de ses romans noirs à sa grande fresque historique sans oublier, bien évidemment, les nombreuses nouvelles tendres ou satiriques où il savait si bien dire le monde et les êtres.

Dominique Baillon-Lalande 
(29/07/09)    



Retour
Sommaire
Noir & polar










Editions des Equateurs
192 pages - 15 €





Jérôme Leroy,
né en 1964,
a publié une quinzaine de livres (romans, nouvelles, poésie). Il a écrit des critiques pour plusieurs journaux et il est est actuellement chroniqueur à Causeur.fr.

Vous pouvez lire
une chronique
de Jérôme Leroy
sur causeur.fr.


Vous pouvez lire
la bio-bibliographie
de Jérôme Leroy
sur Wikipédia.









Pour visiter
le site officiel de
Frédéric H. Fajardie :



http://fajardie.free.fr



Vous pouvez lire
sur notre site
un article concernant
un roman de
Frédéric H. Fajardie :

Tu ressembles
à ma mort