Retour l'accueil du site





Cadavre exquis

Le crime de Montplaisir Limoges 1908





Le mercredi 7 octobre 1908, aux alentours de 5 heures et demie du matin, deux ouvriers tanneurs se rendant à leur travail depuis leur domicile, route d'Ambazac à Limoges, et passant chemin de Montplaisir, aperçoivent, le long d'une haie, un homme étendu à terre. Ils le secouent, croyant à un état d'ébriété, mais constatent son décès. Débute alors ce que la presse quotidienne qualifie immédiatement de Crime de Montplaisir.

Deux historiens, Vincent Brousse et Philippe Grandcoing, ont proposé cette sombre aventure à un atelier d'écriture qui désirait travailler autour de la notion de fait divers.
Chaque participant a placé l'un des protagonistes au centre de son texte et l'ensemble donne un regard très riche et varié sur cette ténébreuse affaire.

On a ainsi le point de vue du tanneur qui a trouvé le corps avec un collègue. Ils n'étaient pas peu fiers de leur découverte et ont été pris en photo à côté du cadavre. Certaines photos deviendront des cartes postales…


Le mort lui-même a deux fois la parole pour donner sa version des faits. Et puis l'accusé, à son tour, qui ne se souvient de rien ou presque mais comprend qu'il s'est fait avoir par les copains de la veille et qu'il porte le chapeau pour arranger tout le monde. Il est condamné à dix ans de travaux forcés.
On entend aussi le policier qui a mené l'enquête tambour battant et arrêté le meurtrier dans les heures qui ont suivi. Limoges ne lui suffit plus. Il rêve des brigades du Tigre que vient de créer Clémenceau.
Le juge en charge de l'affaire a du mal à résister aux questions insistantes de sa tante qui voudrait tout savoir et ne se contente pas des articles parus dans la presse. Pourtant, Julien journaliste au Populaire du Centre, se donne du mal pour rédiger son papier.
C'est ainsi toute une galerie de personnages qui se succèdent au fil du recueil, y compris le frère de l'accusé et les enfants de la victime. On voit même un exalté religieux qui a préparé le crime sauf que c'est la victime qui devrait être l'assassin…
Un texte met l'atelier en abyme pour montrer Vincent Brousse, interrogé à la télévision au sujet du livre qu'on est en train de lire, éclairer un crime d'aujourd'hui à la lumière de celui de 1908.

Les auteurs ont bien travaillé et le recueil se lit avec un grand plaisir, nous immergeant dans l'atmosphère, les décors et les comportements de l'époque. Le débat sur la peine de mort ouvert à l'Assemblée Nationale en juillet 1908 s'est conclu par le maintien de la peine capitale et Vincent Brousse, dans la préface, rappelle la situation politique, économique et religieuse à Limoges cette année-là.
Recueil de nouvelles, jeu d'écriture, kaléidoscope de points de vue, polar et ouvrage historique, ce livre multiplie les raisons d'en entamer la lecture, alors pas d'hésitation, vous ne le regretterez pas ! Cadavre exquis, Le crime de Montplaisir, comment résister à une telle tentation ?

Serge Cabrol 
(27/08/12)    



Retour
Sommaire
Noir & polar









Le bruit des autres

(Mars 2012)
184 pages - 15







les douze auteurs
du recueil :

Stéphane Bein
Vincent Brousse
M-Claude Delahaye Hurpy
Cécile Desmaison
Caroline Garaud
Céline Gindre
Philippe Grandcoing
Madeleine Hébrard
Laurence Jouanneaud
Virginie Leymarie
Sylvie Soulier
Laudine Vercelle