Retour l'accueil du site






David NAHMIAS


Le rossignol d'Alexandrie


Nous voici plongés dans l'Égypte des années 50 et plus précisément à Alexandrie où vit une petite fille dont la beauté étonne autant que sa voix au timbre aussi pur qu'une eau cristalline s'écoulant entre les pierres polies d'une rivière.

La vie de Naïma sera marquée par plusieurs rencontres décisives.
La première est celle d'un vieil homme, Fawzi, qui l'a entendue chanter et rêve de lui faire connaître les plus belles voix gravées sur les 78 tours qu'il a dans sa chambre avec un gramophone.
Il est si âgé que Naïma lui fait confiance.
La petite assise sur l'extrémité du matelas, écoutait le chant qui montait limpide du phonographe. Jamais elle n'avait entendu une voix aussi gracieuse, jamais elle n'avait ressenti sa poitrine se remplir d'autant d'allégresse. La pièce si sombre à l'instant, apparaissait à présent comme illuminée d'une nuée de paillettes d'or s'élevant vers le plafond pour former une voûte aussi vaste qu'un ciel étoilé. La joie de Fawzi, de la voir ainsi fascinée, transformait son visage ridé en une sorte de grimace de bonheur hébété.

Avec Fawzi, Naïma apprend de nouvelles chansons et prend plaisir à jouer avec sa voix mais c'est en allant au cinéma avec ses parents qu'elle décide d'y consacrer sa vie.
Lorsque les chants et les danses cessèrent et qu'une scène bavarde débuta, Naïma ferma les yeux en pressant fortement ses paupières et murmura entre ses lèvres des mots inaudibles pour ses parents : Je veux chanter aussi bien ! Danser aussi bien !... Quand je serai grande... grande... bientôt... je serai actrice... Dans sa poitrine son cœur ne cessait de battre avec ferveur.

Mais les encouragements de Fawzi ne suffisent plus. Elle veut apprendre à maîtriser toujours mieux sa voix et son corps.
A dix-huit ans, ses parents acceptent de l'inscrire à l'école de chant et de danse orientale d'Oum Badiâa qui, après avoir été une jeune femme aussi belle que gracieuse, est devenue une matrone corpulente mais aussi un excellent professeur. Naïma travaille dur pour progresser. Toujours plus, toujours mieux.
Un producteur de cinéma, monsieur Hassan, passe de temps à autre chez Oum Badiâa pour repérer des danseuses et des chanteuses pour les studios qu'il dirige au Caire. Il ne manque pas, évidemment, de remarquer Naïma et voilà la jeune fille et Oum Badiâa invitées au Caire.

Naïma découvre le tournage d'un film et l'enregistrement de sa voix mais pour le producteur, il faut aussi apprendre la relation au public.
- Plusieurs cabarets du Caire cherchent des voix comme la tienne, des corps comme le tien pour distraire leur clientèle... c'est une excellente école pour une future star !... (Il avait volontairement fait claquer ce dernier mot dans sa bouche)... bien plus dure évidemment que celle d'Oum Badiâa. Tu auras devant toi des hommes dont le regard glissera sur ton corps comme des mains lourdes de désir. C'est ce même public qui viendra te voir sur grand écran au Rialto ou au Plazza, mais il sera devant toi... proche... l'esprit peuplé de ses fantasmes... Tu apprendras à ne plus faire cas de sa présence, tu perdras cette écorce fine qui retient enfermé ton corps comme la coquille d'un œuf retient le poussin qui doit éclore... réfléchis ?
C'est dans un de ces cabarets qu'elle rencontre Houda, une prostituée très belle malgré une cicatrice sur le visage. Leurs destins vont étrangement se nouer…

La petite fille qui rêve de devenir chanteuse, un phénomène qui traverse le temps jusqu'aux "stars académies" d'aujourd'hui mais que l'auteur replace avec un grand talent à la fois dans l'atmosphère d'Alexandrie d'il y a soixante ans et dans l'ambiance particulière des films qu'on y tournait pleins de rêves, de passion, de rencontres, d'amour et de ruptures. Pour consacrer sa vie à son art, Naïma doit accepter de sacrifier d'autres parts de sa vie : il faut être libre, ne pas penser à autre chose, ne pas laisser faire le destin…

Un très beau texte où David Nahmias renoue avec son Alexandrie natale, celle qu'il nous avait déjà présentée il y a quelques années dans le livre coécrit avec son père, Alexandrie, mémoires mêlées.

Serge Cabrol 
(12/08/12)    



Retour
Sommaire
Lectures









Éditions L'Harmattan

94 pages - 12






David Nahmias,
né à Alexandrie,
vit maintenant à Paris.
Ce roman est
son huitième livre.






















Joseph et David Nahmias
Alexandrie,
mémoires mêlées

L'Harmattan, 2004