Retour à l'accueil






Marcel Bénabou & Paul Fournel


Anthologie de l'OuLiPo



L'Anthologie de l'OuLiPo regroupe des textes à contraintes écrits par des oulipiens. Ils se réunissent chaque mois autour d’un repas pour partager leur création. Ils lisent aussi leurs productions en public dans différents lieux.

Paul Fournel nous précise la démarche : « La présente anthologie se voudrait le témoignage non pas d'une quelconque orthodoxie esthétique, mais bien de ce jaillissement créatif durable, de cette énergie collective et joueuse qui est celle de l'Oulipo. Car c'est bien dans cette créativité collective que chacun des oulipiens puise une part de l'énergie qui est nécessaire à sa propre création. L'Oulipo devient ainsi une terre d'abondance dont la copieuse bibliographie du groupe témoigne. »

Les textes sont regroupés par thème. Les oulipiens aiment jouer avec les mots et les textes. Comme nous le rappelle GP (Georges Perec) : « Le réveille-matin, ou texte-souche, sera ici, en l'occurrence, une phrase dont la brièveté exemplaire va de pair avec une célébrité justifiée : nous nous proposons d'en exploiter les nombreuses potentialités au moyen de triturations qui porteront séparément ou simultanément sur ses composantes littérales, phonétiques, grammaticales, syntaxiques et littéraires, aucune de ces opérations n'étant d'ailleurs privilégiée par rapport à une autre, l'ensemble étant par conséquent livré sans souci de hiérarchie ou de système. »

Au fil des pages nous voguons de création en création : les stations de métro sont revisitées grâce aux anagrammes. Nous retrouvons un monovocalisme en "a" dans le texte de Gargas Parac, What a man, un monovocalisme en "o" avec Oh l’ostrogoth, un monovocalisme en "e" dans Ce fêlé de mec

Il y a des clins d’œil à des livres publiés comme La chapelle sextine d’Hervé Le Tellier où des couples se croisent pour vivre des aventures sensuelles. Chaque texte est accompagné d’une petite morale pleine d’ironie. Les amnésiques n’ont rien vécu d’inoubliable nous donnent quarante neuf réponses à la question « A quoi tu penses ? » et Hervé Le Tellier nous propose ses Opossums célèbres : L’escargogol et l’escargorki, le Baleinstein, Le cobraspoutine…

Paul Fournel nous offre ses Sardinosaures : les colibriques, les hibouleaux, le sapinson, le vautourterelle… et ses animaux d’amour : Le lémurien à cirer, Tsé pas moi Tsé l’autre, Le boxer à rien. Dans Romans, Paul Fournel, en sept parties du Roman 1 au Roman 7, exprime le point de vue de différentes personnes ou animaux sur la même situation vécue par tous. Paul Fournel nous propose aussi sa Table de Nain :
Nain fois nain nain
Nain fois deuil deuil
Nain fois toit toit
Nain fois carte carte
Nain fois sein sein
Nain fois scie scie
Nain fois sexe sexe
Nain fois huître huître
Nain fois œuf œuf
Nain fois disque disque


Les exercices de style oulipiens passent de la translation au lipogramme, de l’homophonique au définitionnel.

Certains textes sont sous effet LSD : « La littérature sémo-définitionnelle, ou LSD, est une extension de la littérature définitionnelle : dans un énoncé donné, on remplace chaque vocable signifiant (substantif, adjectif, verbe, adverbe) par une de ses définitions et on réitère l'opération, mais on prend soin de choisir des définitions inattendues. »

Marcel Bénabou propose Quelques locutions introuvables : « Mettre tous ses œufs en poupe : prendre de gros risques. »

L’Anthologie de l'OuLiPo est une mine de contraintes oulipiennes à utiliser pour soi ou en atelier d’écriture. C’est aussi le plaisir de lire des textes littéraires.

Brigitte Aubonnet 
(16/10/09)    



Retour
Sommaire
Lectures










Poésie / Gallimard

928 pages - 10,90 €