Retour à l'accueil du site






Cécile OUMHANI

L'atelier des Strésor


Le roman nous transporte au XVIIe siècle, au cœur d'une famille de peintres. Henry Strésor arrive à Paris en 1637 après être passé à La Haye et avoir quitté son Allemagne natale, pays en guerre. Il va rencontrer Louis et Antoine Le Nain.
"Préserver en lui la saveur de ce qui ressemble si fort à une étreinte. Le matin, il entre parmi les premiers dans l'atelier des frères Le Nain, affamé de l'odeur des huiles sur la toile et de ces pigments qu'il va mélanger puis étaler. Le monde se crée et se recrée à l'envi ici sous les combles. Les formes émergent, la vie dont il est assoiffé explose au grand jour."

Il est passionné par son art, la peinture, et va rencontrer l'amour en la personne de Catherine, fille de Louis Bruart, maître-peintre qui l'a accueilli, mais qui est catholique alors qu'il est protestant.
Il va être obligé d'abjurer pour obtenir l'autorisation d'épouser Catherine Bruart. Ce sera une coupure définitive avec son enfance, ses souvenirs et ses amis de même confession. Il cachera ses origines à ses enfants. Ce sera une fracture avec lui-même et avec son identité : "Je ne vous ai jamais entretenue des miens qui reposent en Prusse. Les quarante années que j'ai vécues en ce pays ne m'ont pas guéri de leur perte… Mon père s'appelait Johann, ma mère Ursula. C'était un orfèvre très habile, respecté de tous. J'avais aussi un frère qui s'appelait Matthias. Il m'était très cher. Il se destinait à la peinture..."

Le roman évoque le parcours d'Henry et de Catherine ainsi que celui de leurs enfants dont l'une des filles reprendra le flambeau artistique. C'est un abord historique sur cette famille, sur le rapport à la création, aux jalousies qui peuvent apparaître, aux secrets de famille, au rôle de la religion qui interdit certaines alliances. Ce roman qui se situe dans un siècle passé est très contemporain pour montrer les pressions exercées par la religion pour entraver la liberté de pensée et orienter l'avenir des familles.

L'écriture poétique de Cécile Oumhani nous mène dans ces parcours de vie et de création où alternent les moments de joie, de peine et de doutes. Le bonheur se construit peu à peu malgré les épreuves.

Cécile Oumhani poursuit son œuvre où l'injustice est dénoncée. La création artistique est présentée avec tous les sacrifices qu'elle réclame mais aussi avec le fabuleux pouvoir libérateur qu'elle génère.

Cécile Oumhani a écrit de nombreux romans dont les personnages principaux sont des femmes. Ici, elle donne vie à un homme, Henry Strésor, ainsi qu'à sa fille Anne Marie Renée Strésor qui sera l'une des premières femmes acceptées à l'Académie royale de peinture et de sculpture.
Un très beau roman sur la persévérance créatrice et les combats de la vie qui modèlent la dignité humaine.

Brigitte Aubonnet 
(14/12/12)    



Retour
Sommaire
Lectures









Éditions Elyzad

(Septembre 2012)
168 pages - 14,90




Vous pouvez lire
sur notre site

un entretien avec
Cécile Oumhani



et des articles
concernant
d'autres livres
du même auteur :

À fleur de mots

Demeures de mots
et de nuit

Une odeur de henné

Les racines du mandarinier

Un jardin à La Marsa

Plus loin que la nuit

Le café d'Yllka