Retour à l'accueil du site






Anne SERRE



Les débutants


En août 2002, Anna Lore, quarante-trois ans, tombe follement amoureuse de Thomas Lenz, cinquante-six ans. Depuis vingt ans Anna vit avec Guillaume Ruys qu'elle aime et qui l'aime…

Ainsi commence ce roman où Anne Serre met en scène une femme à un moment stratégique de son parcours, face à un choix, une bifurcation, alors que la route jusque-là avait été simple et droite. Devant elle, deux chemins, deux hommes. Poursuivre la route avec Guillaume ou choisir d'accompagner Thomas ?

Roman du choix mais aussi de la transformation.
… il se fait en Anna des mouvements énormes et lents. Des murs que l'on aurait crus fixes pivotent et se déplacent, des rocs qui semblaient lourds, inamovibles, s'écartent comme des rochers de carton-pâte que l'on pousserait d'une main sur la scène d'un théâtre. Jamais elle n'avait assisté à une telle transformation en elle. C'est très surprenant.

Avec une écriture très prenante, des phrases qui creusent les situations, éclairent les détails, Anne Serre nous fait partager les enthousiasmes, les hésitations, les refus de cette femme surprise elle-même par ce qui lui arrive.

La voie semblait pourtant tracée, la relation indestructible avec Guillaume qu'elle aime et qui l'aime depuis vingt ans. Ils ont une jolie maison dans la petite ville de Sorge, il est architecte, elle écrit des articles dans des revues d'art, pas de soucis matériels. Leurs promenades dans la montagne sont d'intenses moments de bonheur qui les rapprochent et les fusionnent. Jamais Anna ne fut plus proche de Guillaume que sur ces sentiers. Quant à lui, l'ont peut se demander pourquoi il l'y entraînait tant. Craignait-il que dans le monde d'en bas l'amour d'Anna pour lui ne faiblisse ?

Et voilà qu'un jour, le 6 août 2002, Anna croise Thomas dans une rue de Sorge. Il la salue et la félicite pour un article affiché dans la vitrine du libraire. Ils parlent et décident de poursuivre leur conversation à la terrasse d'un café. Chacun des deux éprouve alors un étrange sentiment et plus rien ne sera jamais comme avant. Au fil des jours, ils se croisent à nouveau, s'évitent, se cherchent, se retrouvent.
Il y a ensuite des sms, des e-mails, de nouvelles rencontres, à Sorge ou à Bordeaux où Thomas habite.

Anna est très perturbée par le séisme qui secoue son existence et ravage la sérénité de son couple. Avant d'en prendre vraiment conscience, il est déjà trop tard, elle se retrouve dans cette inconfortable situation où elle aime encore Guillaume et aime déjà Thomas.
Elle essaie d'en parler à Guillaume, d'expliquer qu'elle l'aime lui d'abord et Thomas autrement, mais Guillaume persiste à ne pas la comprendre…

Anne Serre met des mots sur tous les ressentis, sur les attitudes ou les désirs, des images subtiles, des phrases aussi hésitantes ou enflammées que les sentiments d'Anna. Cet homme a un véritable génie de la présence, de la distance. Il se tient toujours à quelques mètres d'elle, jamais contre elle sauf si c'est elle qui vient contre lui, jamais collé à elle sauf si c'est elle qui se colle à lui, mais même alors, quoique très réceptif il ne bouge pas. […] Il laisse de la fiction entre eux comme si tout cela, peut-être, n'a été que rêvé, mais en même temps où qu'elle se tourne il est là, comme un signe sur une page, on peut bien tournoyer autour, les yeux sont toujours ramenés à ce signe qui signifie quelque chose dans une langue que l'on n'a pas encore déchiffrée.
De temps à autre, l'écriture surprend par un petit pas en arrière, un changement de décision : …son numéro de téléphone ? Elle finit par le trouver et se sentit apaisée. Elle ne l'appela pas. / Elle ne parla pas de cette rencontre à Guillaume, puis elle lui en parla…

Par moments, elle tutoie ses personnages (Qui es-tu donc, Thomas Lenz, pour exercer sur Anna une telle emprise et depuis si longtemps ?), les vouvoie (Anna Lore, êtes-vous donc une abonnée de ce que l'on a coutume d'appeler le coup de foudre ? / Vous êtes tout de même un drôle d'homme, Thomas Lenz. Pourquoi donc avoir laissé Anna mijoter ?) ou se permet un clin d'œil au lecteur (quand au bout de milliers d'heures ils se retrouvent dans la chambre, aucun lecteur attentif jusque-là n'imaginera que c'est pour se sauter dessus).

Les références à la littérature sont fréquentent pour Anna qui lit beaucoup, qui dès le début a vu Thomas comme le Jude l'obscur de Thomas Hardy, et qui choisit dans sa bibliothèque des livres à prêter à Thomas pour soigner un trouble que seules ces lectures peuvent apaiser.

Un livre très fin et très fort, violent et tendre, qui dépeint avec précision et habileté les tourments d'Anna, les tempêtes qui l'agitent, ses désirs d'amour et de mort, ses interrogations et les grandes mutations qui s'opèrent en elle. Une belle littérature, un grand bonheur de la rentrée !

Serge Cabrol 
(05/09/11)    



Retour
Sommaire
Lectures











Mercure de France

168 pages - 16,50 €









Anne Serre
est l'auteur d'une dizaine de livres. Au Mercure de France, elle a déjà publié Le Cheval blanc d'Uffington (Prix Charles Oulmont), Le narrateur et Un chapeau léopard (Prix de la Fondation del Duca).