Retour à l'accueil du site





Guy ALLIX


Poèmes pour Robinson


Ce recueil nous invite à retrouver l’île et la solitude de Robinson Crusoé, en proposant une variation ou une réécriture de ce mythe, immortalisé par Defoe et Tournier : mais seule la situation de communication est semblable, jugez-en : en réalité il s’agit d’un grand-père, qui, séparé de son petit-fils, lui écrit des textes bien qu’il ne le connaisse pas et qu’il ne sache pas où il se trouve :
Robinson
Je rêve à ce prénom
Prénom d’enfant
Comme le bruissement d’un monde ignoré 

Le narrateur écrit, avec une simplicité d’autant plus touchante qu’elle est vraie, des poèmes à son petit-fils : poèmes intimes, lyriques, dans lesquels le poète dit son amour à ce petit Robinson, absent, inconnu de lui, auquel il ne cesse de rêver et de tisser des liens. Les symboles sont forts, le narrateur s’attachant à des valeurs et des sentiments essentiels.

Ce recueil est une réussite : c’est un livre coloré, agréable à feuilleter et à découvrir : non seulement par ce que l’on retrouve les épisodes qui nous ont tous marqués mais aussi parce que ces poèmes nous vont droit au coeur comme autant de bouteilles jetées à la mer par un grand-père qui souffre de l’absence et qui tente de rester dans l’espérance de briser cette solitude et qui se reconstruit aussi par l’écriture, pour dépasser ce chagrin insupportable : pourrait-on pour autant parler de poèmes de transmission et d’amour ?
« C’est notre île Speranza »
Dit Vendredi à Robinson
Quel beau nom pour une île perdue
Et tu habites mon espérance

C’est un artiste chilien, Alberto Cuadros, qui illustre les poèmes de Guy Allix : il émane une grande vitalité, parfois naïve et enfantine, parfois très criante, de ces dessins, les couleurs gaies rappelant les arts traditionnels d’Amérique du sud. L’énergie colorée des dessins contraste et fait contrepoint avec la douleur du manque de l’artiste, tout en rappelant l’enfance, la nature, l’énergie vitale…

Un très beau recueil, vrai, poignant et sincère qui touchera les lecteurs par la douleur et la solitude qui émanent de cette poésie.

Sylvie Legendre-Torcolacci 
(18/08/15)    



Retour au
sommaire
Jeunesse







Soc & Foc

56 pages - 12



Illustrations
Alberto CUADROS







Visiter le blog de


Guy Allix