Retour à l'accueil du site






Jacques BABLON


Trait bleu



Le bandeau de couverture met tout de suite dans l’ambiance :
Ça ressemble à l’Amérique, là où les vivants barbotent dans les grands lacs et les morts dans des baignoires remplies d’acide…

Dès les premières pages, nous sommes en prison où le narrateur purge une peine de vingt ans pour avoir poignardé un homme et l’avoir jeté dans un lac (comme quoi les morts aussi barbotent dans les grands lacs). Il invente des histoires pour intéresser le psy, ça fait passer le temps. Un jour, une visiteuse de prison lui propose une évasion. Elle lui fait passer un pistolet et il doit prendre le directeur en otage. Mais il n’aura pas besoin d’en arriver là parce qu’à sa grande surprise, il est reconnu innocent et libéré...

Et nous voilà partis sur ses traces pour une grande aventure pleine de morts et de rebondissements, un parcours tumultueux où nous découvrons les événements en même temps que le narrateur qui n’est pas au bout de ses surprises. C’est cette proximité avec le personnage qui donne le ton au roman. Confronté à des rencontres inattendues et à des situations très délicates, il réagit comme il peut, comme s’il était sur un radeau au milieu d’un torrent. Ça cogne de partout et il ne sait pas où il va ni comment tout ça va finir. Il essaie de survivre et on ne ferait sans doute pas mieux à sa place.

Et tout d’abord, pourquoi cette libération soudaine ? Il apprend que le noyé du lac n’est pas mort de son coup de couteau mais d’une balle de fusil, et plus précisément du fusil de son meilleur ami, Iggy, qui a été incarcéré à son tour et s’est suicidé en prison. Beaucoup de surprises à la fois mais ça ne fait que commencer...

Des tueurs l’attendent chez lui sans qu’il ait la moindre idée de ce qu’ils veulent et il passe un très mauvais moment à chaque fois qu’il les rencontre...

Heureusement, il va aussi rencontrer des gens plus sympathiques. Rose, une chanteuse de bar. Big Jim à qui il vend un bateau rangé depuis bien longtemps dans un hangar. Pete, le petit frère de son ami Iggy. Mais aussi Whitney cette femme qui avait voulu le faire évader et Bob le rouquin qui était surveillant à la prison. Ils lui ont présenté un vieil homme qui ne bouge pas et ne parle pas. Qui dont est cet homme ? On l’apprendra plus tard...

Peu à peu, nous allons aussi comprendre ce que les tueurs recherchent et l’aide de Big Jim et Pete ne sera pas de trop pour échapper à toutes les menaces de cette ténébreuse histoire.

Un bon polar, riche en mystères et en suspense, dans un univers très américain même si aucun lieu n’est vraiment nommé. On se laisse porter, comme le narrateur, au gré des nombreux retournements de situation, en espérant seulement que tout ça ne finira pas trop mal...

Un premier roman prometteur, intense, violent, trépidant. Un auteur à découvrir. Décidément, chez cet éditeur, on n’est jamais déçu !

Serge Cabrol 
(16/05/15)    



Retour
Sommaire
Noir & polar









Éditions Jigal
(Février 2015)
152 pages - 17










Jacques Bablon,

né à Paris en 1946, décide de devenir guitariste et de chanter du Dylan avant d’opter pour la peinture. Il devient professeur à l’École supérieur des arts appliqués et, parallèlement, publie des BD chez Casterman et devient scénariste dialoguiste de courts et longs métrages. Trait bleu est son premier roman.