Retour à l'accueil du site





Étienne BARILIER

Les cheveux de Lucrèce


Un roman sur l’étrange amitié (faut-il vraiment parler d’amitié ?) entre deux adolescents qui se ressemblent autant physiquement qu’ils sont différents moralement, deux garçons dont les chemins vont bifurquer mais qui se croiseront à nouveau plus tard, une fois devenus adultes. Un roman qui se déroule en grande partie en Italie, à Florence, Milan ou Capri. Un roman, où l’auteur distille une grande culture artistique et littéraire avec justesse, légèreté et, souvent, une pointe d’humour. Un roman habité par l’image récurrente de la très belle et controversée Lucrèce Borgia et plus précisément d’une mèche de ses cheveux.

Clément et Arnaud, tous deux issus de familles où le père est français et la mère italienne, sont élèves au Lycée Français de Florence. Ils ont treize ans, on est en 1999. Dès leur rencontre, ils ont conscience d’une étonnante ressemblance. « Un jour, Clément, dans le sublime jardin de récréation, crut un instant que son image dans le miroir s’approchait de lui. » Leurs tempéraments, par contre, sont très différents. Clément est aussi timide et réservé qu’Arnaud est déluré et aventureux. Très vite, Arnaud s’instaure protecteur de Clément et lui évite ainsi une correction par un élève plus costaud qui lui cherchait querelle. Mais c’est aussi l’occasion pour Arnaud de se mêler des affaires de Clément, d’entendre ses confidences, ses peines de cœur et d’y chercher son propre profit. Le goût d’Arnaud pour l’aventure va toutefois lui jouer de mauvais tours quand il approche de trop près des gens malintentionnés.

L’année suivante, leurs chemins se séparent, la famille d’Arnaud prenant le chemin de Paris. Clément s’en aperçoit à peine tant il est bouleversé par l’arrivée d’une nouvelle élève au lycée. Lucrezia, nimbée d’une chevelure blonde magnifique.
Le jeune garçon revoit aussitôt la mèche de cheveux de Lucrèce Borgia observée pendant une sortie scolaire à la Biblioteca Ambrosiana de Milan, « une longue mèche de cheveux bond pâle, attachée en boucle à l’une de ses extrémités, en queue-de-cheval à l’autre, mais dont la finesse évoque ces épis de blé impalpables qu’on voit à l’arrière-plan d’une des peintures de la Cappella Baglioni du Pinturicchio. »
Clément est très amoureux de Lucrezia, sans oser le lui dire bien entendu. Mais cette fois-ci, il est décidé à se montrer plus audacieux, plus courageux qu’il ne l’était l’année précédente. Après les cours, il l’accompagne sur le chemin du retour. Elle ne s’y oppose pas. Un jour, elle le fait entrer dans la bijouterie ou plutôt l’atelier d’orfèvrerie de son père avec qui elle vit seule depuis la mort accidentelle de sa mère.

La relation entre les deux jeunes gens évolue sereinement jusqu’à un braquage dans la bijouterie. Encore une fois, Clément est confronté à ce qu’il considère comme son viscéral manque de courage. Qu’aurait fait Arnaud à sa place ? Arnaud l’intrépide, Arnaud l’audacieux ! Clément, lui, a hésité, n’a pas su réagir et il en éprouve une grande honte.
Il n’a plus qu’une idée : retrouver les auteurs de l’agression pour se faire pardonner sa lâcheté.
Leurs chemins se séparent pour de nombreuses années…
Jusqu’au jour où, à Capri, Clément et Arnaud se croisent à nouveau et que Clément ne puisse, un fois encore, s’empêcher de raconter ses malheurs à Arnaud, de lui parler de Lucrezia…

Etienne Barilier réussit un très beau roman, avec des tempéraments contrastés – Clément, Arnaud, Lucrezia – confrontés à cette insidieuse question du courage et de la lâcheté qui empoisonne bien des vies, un roman baigné par l’atmosphère artistique de la renaissance italienne où rayonne la belle Lucrèce Borgia. Empoisonneuse aux mœurs dissolues selon Arnaud ou protectrice des arts et des lettres honteusement calomniée selon Clément ? A chacun son point de vue. Le roman est là pour soulever les questions, pas pour apporter les réponses, mais il donne envie de feuilleter quelques ouvrages de peinture, de littérature ou d’histoire pour prolonger le plaisir de cette lecture et rester quelque temps encore dans la tonalité créée par l’auteur. Florence, Capri, la Biblioteca Ambrosiana de Milan, les appartements Borgia du Vatican, la Cappella Baglioni du Pinturicchio… Avis aux amateurs de voyages culturels...

Serge Cabrol 
(27/08/15)    



Retour
Sommaire
Lectures









Buchet-Chastel

(Août 2015)
240 pages - 15








Étienne Barilier,
né en 1947, est un écrivain, philosophe et traducteur suisse de langue française. Professeur associé à la section de français de la Faculté des lettres de l'Université de Lausanne, il a déjà publié une quarantaine de livres.



Bio-bibliographie sur
Wikipédia