Retour à l'accueil du site






François BLISTÈNE

Le passé imposé



Philippe Pontagnier, orphelin de parents aisés et bons vivants, choisit la retraite, l'ascèse et la tyrannie. Il prend femme, qu'il enferme avec lui dans sa maison-forteresse. Trois enfants naissent : Marguerite, Vincent et Laure. Ils sont séquestrés par leur père, ne savent rien du monde extérieur, de la vie moderne. Des années plus tard, un vieux précepteur étrange et bienveillant est embauché, reclus volontaire. Les enfants grandissent, instruits mais ignorants, solidaires dans leur solitude. Naïfs et candides.

François Blistène nous offre un conte de fées en trois actes. La première partie du roman est à la fois suffocante et légère : tandis que le lecteur est pris dans l'enfermement, les enfants s'accommodent d'une situation qui ne peut leur paraître étrange puisqu'ils n'en connaissent pas d'autres. C'est le règne de l'ogre. Puis les enfants s'échappent de la forteresse, à la post-adolescence, et découvrent Paris, éblouis. Fuite merveilleuse, sans problème d'argent, sans méchante rencontre. Ils sont débrouillards et autonomes, ils ont tout appris dans les livres. La bonne fée apparaît alors, sous les traits d'un illusionniste attachant qui leur enseigne les ficelles de son art. Passent les années, heureuses, différenciées pour les uns et les autres : Marguerite et Vincent d'un côté, la benjamine Laure prenant son indépendance de femme libre.

Au troisième acte, l'ogre retrouve ses enfants…

Le passé imposé est un roman étrange et prenant. Il évite tous les pièges du désastre psychologique annoncé, du récit délétère de l'enfance martyre. François Blistène suggère le merveilleux, donne vie et pensée aux choses et aux lieux. La maison-forteresse, par exemple, est douée d'une vie propre, vibrant au rythme de la folie de son propriétaire ou des événements inattendus : « La maison, qui souffrait de solitude, fit un excellent accueil aux deux arrivants, réjouie du mouvement qui allait réveiller ses articulations engourdies – serrures rouillées, volets tremblants, tuiles dégarnies, murs hydropiques, parc à la végétation emmêlée ». L'illusionniste, nommé Mystère, est une figure protectrice dans un Paris sans danger, bénéfique et magique. C'est Gustave Moreau – la petite Laure passe des heures dans le musée consacré au peintre symboliste – qui peint la toile de fond de ce conte étonnant et réussi.

Christine Bini 
(28/04/14)    
Lire d'autres articles de Christine Bini sur http://christinebini.blogspot.fr/



Retour
Sommaire
Lectures









Éditions du Sonneur

(Mars 2014)
260 pages - 16