Retour l'accueil du site






Dermot BOLGER


Ensemble séparés


Dermot Bolger est souvent présenté comme l’un des auteurs les plus prolifiques de la littérature irlandaise actuelle. On comprend pourquoi en lisant Ensemble séparés, un roman, son dernier traduit en France, dont la virulence fait regretter que Joyce n’ait pas connu l’Irlande d’aujourd’hui, car sans doute aurait-il voulu en montrer ce que Dermot Bolger nous montre ici : une Irlande dévastée. 

Dévastée par quoi ? Le lecteur le découvrira en se plongeant dans cette fiction aux airs de vérité. Qu’il sache seulement qu’il s’agit d’argent, de mondialisation, d’immigration. C’est d’ailleurs, derrière l’Irlande, le fonctionnement du monde en son entier qui se dresse sous nos yeux. Immigrés, travail au noir, petits profits, arrangements. La mort y rode aussi. Mort d’un homme pour que se taisent les magouilles. Mort d’un homme qui avait tué lui-même, ailleurs. Le monde est un triste cercle vicieux.

Mais Dermot Bolger nous parle aussi, et beaucoup, d’amour. Revenons-en ici au titre, cet Ensemble séparés qui ne peut manquer de renvoyer au « Ni avec toi ni sans toi » de La femme d’à côté, l’un des superbes films de Truffaut. La trame, à bien des égards, est la même : deux couples de voisins dont le mari de l’un a connu, jadis, la femme de l’autre se côtoient, se détestent, se tolèrent, se déchirent. Là s’arrête toutefois la comparaison puisque ces couples ne vont pas imploser. Ils seront toujours au bord de le faire mais la parole – l’aveu – leur permettra de dépasser leurs drames intimes.

Ces dépassements se feront surtout grâce aux femmes. Grâce à Alice qui vieillit et voit s’en aller sa féminité avec une mélancolie telle qu’elle obligera son mari à sortir de lui-même. Grâce à Kim la jeune Philippine, que tout le monde croyait soumise alors qu’elle se révèlera d’une sagesse exemplaire. Avec Sophie aussi, l’adolescente qui devient femme, se découvre homosexuelle et quittera l’Irlande pour aller vivre où son amour l’appelle, dans un Canada que sa mère avait voulu habiter.

Sophie le dira : elle part vivre la vie que sa mère aurait pu avoir si sa mère s’était sentie libre lorsqu’elle était jeune. Mais l’Irlande était alors soumise à d’autres règles : les conventions, les obligations filiales. Pour se sortir de cet îlot, décidément, il faut le quitter. Il faut suivre ses désirs. Complexes ou non.  

Isabelle Rossignol 
(29/08/16)    



Retour
Sommaire
Lectures



Joëlle Losfeld

(Août 2016)
384 pages - 24,50

Traduction de l'anglais
Marie-Hélène Dumas




Dermot Bolger,
né en Irlande en 1959,
est romancier, dramaturge, poète et essayiste. Un grand nombre de ses ouvrages a été traduit
en français.

Bio-bibliographie sur
Wikipédia

Découvrir sur notre site
un autre roman
du même auteur :
Une illusion passagère