Retour à l'accueil du site





Fanny CHIARELLO


La vitesse sur la peau



Depuis la mort de sa mère, Elina s’est murée dans le silence, elle ne parle plus. Repliée sur elle-même, ses déplacements se réduisent au lycée, à la maison et au Jardin des Plantes, endroit dans lequel on peut la voir assise sur un banc, immobile et silencieuse. À l’image du règne végétal qui l’entoure, elle subit la vie. La seule personne auprès de laquelle elle trouve encore du réconfort est sa grand-mère maternelle, dernier lien entre Elina et sa mère.

Un jour, alors que depuis son banc elle observe les joggeurs du jardin, elle croit apercevoir sa mère, et, mue par un soudain élan, elle se met à courir dans le parc. Elle court dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, comme pour remonter le temps. Sa course effrénée l’essouffle jusqu’à la faire vomir. Une voix l’apostrophe.
« – Tu respires mal, c’est pour ça.
Je cherche autour de moi l’origine de la voix. Un fauteuil roulant s’approche de moi dans le contre-jour, et quand il entre dans l’ombre d’une branche je distingue le visage d’une dame. Je l’ai déjà vue très souvent ici, sans vraiment lui prêter attention. Et voilà qu’elle m’explique comment je dois inspirer, uniquement par la bouche, puis me mime une expiration en trois coups secs. »

Bonne conseillère pour la course à pied, Violette se révèle également être une excellente botaniste.
Par un subtil jeu de coaching imprégné de musique et de références botaniques, elle va permettre à Elina de réaliser que vivre ne salira pas la mémoire de sa mère, que vivre vaut la peine même si c’est dangereux.
Ancienne marathonienne, Violette éprouve du plaisir à voir la jeune fille courir, ce qu’elle ne peut plus faire.
Mais au-delà de cet échange riche et intense, un secret bien plus profond relie Violette et Elina.

Le récit, très bien écrit, évoque la mort, la vie, l’adolescence, la liberté, le deuil avec une grande subtilité et une infinie délicatesse.
Le lecteur est littéralement pris par l’histoire qui interroge cette adolescente en plein ouragan sur le sens des mots et le sens de sa vie.

Voici un roman pour adolescents, sans fausse note, émouvant et très fort.

Cécile De Ram 
(04/11/16)    



Retour au
sommaire
Jeunesse







Éditions du Rouergue

Collection doado
176 pages - 11,50




Fanny Chiarello,
née en 1974, est l’auteur d’une quinzaine de livres, pour les adultes ou la jeunesse. Elle a reçu les prix Landerneau et Orange pour Dans son propre rôle.

Visiter le site de
Fanny Chiarello :
www.fannychiarello.com