Retour l'accueil du site





Myriam CHIROUSSE


Le sanglier


« On dirait que l'azur s'est éloigné de la Terre, qu’il ne la caresse plus que du bout de l’ongle, une égratignure. La lumière a la fragilité d'un souvenir, c’est une impression rétinienne, une rémanence plutôt qu'un éclat. »

Christian et Carole vivent isolés sur le plateau et ce samedi (durée du roman) descendent en ville, à Villard qui est à une heure de route. C'est un samedi ordinaire, mais un ordinaire pourri.

La cause en est d'abord la peur d'être volé de la part de Christian :
« – Je vérifie.
– Tu vérifies quoi ?
– Tu as laissé la portière ouverte. Alors je vérifie.
– Mais il n'y a rien à vérifier. La portière était juste un peu mal fermée, elle n'était pas ouverte. »
Christian qui « a posé trois verrous sur la porte de la maison, alors qu'ils n'ont rien à voler », Christian qui alors qu'il voit trois jeunes s'amuser craint un vol à l’arraché, Christian qui redoute le vol de sa carte bleue, le pillage de son compte bancaire... Cette phobie révèle un homme à l'enfance douloureuse : « Derrière le montagnard solitaire, elle devinait l'homme blessé, l'enfant bafoué. Elle flairait les failles, les violences. »

L’attitude de Christian a des répercussions sur le couple, mais aussi le samedi, jour des courses, des visites familiales, jour de rituels. « Est-ce le destin de tous les couples de devenir un jour une maison abandonnée où ne bruisse que le vent de l'habitude ? »

C'est aussi la routine  d’une vie ordinaire qui est interrogée : « La question serait de comment arrêter de vivre comme un mouton. Ne plus faire toutes les semaines la même chose au boulot, la même chose le week-end, la même chose le samedi, la même chose le dimanche et recommencer le lundi la même éternelle chose de la semaine. »

Le sanglier, c'est une journée qui fouille les habitudes et les peurs de notre société et les violences qu'elles peuvent engendrer.

Michel Lansade 
(05/09/16)    



Retour
Sommaire
Lectures





Buchet-Chastel

(Août2016)
160 pages - 14





Myriam Chirousse,
née en 1973, traductrice
de l’espagnol, a publié
un livre pour la jeunesse
chez Thierry Magnier
et trois romans
chez Buchet-Chastel.

Visiter
le site de l'auteur