Retour l'accueil du site





Fabrice COLIN


Passeurs de mort



Angel est une jeune fille qui n'a pas froid aux yeux et qui va vivre, et nous faire vivre, une aventure hors du commun. Surmontant toutes ses peurs, elle va toujours de l'avant et, prenant tous les risques, n'hésite pas à poursuivre une quête stupéfiante qui l'entraîne de surprise en surprise. Elle a du mal à croire ce qu'elle découvre peu à peu et le lecteur la suit en se demandant s'il oserait aller aussi loin à sa place. Un roman fantastique mais aussi et surtout un grand roman d'aventures.

Tout commence avec l'enterrement de son oncle Georges. Angel, qui habite dans le Vermont, est venue à New-York pour assister aux obsèques de cet oncle qu'elle aimait beaucoup et dont elle regrette de ne pas s'être occupée davantage pendant les deniers mois. Elle donnait priorité à ses études pendant qu'il luttait contre la maladie qui l'emportait.

Au cimetière, un homme l'aborde, se présente comme l'exécuteur testamentaire de l'oncle et lui remet une grosse enveloppe de la part du défunt. Un tapuscrit, une lettre et une paire de lunettes de soleil. Étrange. Dans la lettre, il lui demande de mettre les lunettes dans son sac et de se rendre dans un hôpital où elle doit demander à voir un certain Nadir. Curieuse et se sentant une dette envers cet oncle qu'elle a négligé depuis des mois, elle suit ses consignes.

Nadir est infirmier dans le centre de soins palliatifs où Georges a fini sa vie. Il emmène Angel dans une chambre et lui donne l'occasion de voir à quoi servent les lunettes. Un patient âgé, monsieur Passariello, rend son dernier soupir. Un homme, que seules les lunettes permettent de voir, arrive dans la chambre. Les lunettes permettent aussi à Angel de voir un double du vieil homme, assis sur le bord de son lit à côté de son cadavre.

L'homme entré dans la chambre s'accroupit devant le vieil homme, et lui parle. Puis il lui tapote le genou, se relève. Le patient est ébahi, mais il n'a pas peur. Le visiteur, qui l'a aidé à se mettre debout, le conduit à la fenêtre pour lui montrer quelque chose. De nouveau, il lui parle. […]
Le visiteur indique la porte au patient et ils s'avancent tous deux. Le visiteur fait mine d'abaisser une poignée mais passe à travers la porte close. Avec un dernier coup d'œil à sa chambre, monsieur Passariello lui emboîte le pas.
Ils ne sont plus là.

Angel, abasourdie, vient d'assister en direct au travail d'un passeur de mort, un "narconaute".

Dans le tapuscrit, elle apprend quelles étaient les recherches de son oncle et comment il en est arrivé à la conception de ces lunettes. Il lui donne aussi une adresse où il aurait pu en apprendre plus mais la mort l'en a empêché.

Dans la fin de sa lettre, mon oncle ne me conseille pas de me rendre expressément là-bas. Mais il ne me conseille pas non plus de rester les bras ballants. La fin de sa lettre est assez équivoque : "Agis de la façon que tu estimes juste."
Mais il me connaît. Il sait pertinemment que je ne résisterai pas à la tentation.

Et voilà Angel en route pour l'aventure ! A l'adresse indiquée, elle rencontre une famille étrange, dont les membres, dotés de pouvoirs exceptionnels, ont des relations conflictuelles. Cette famille dirige une entreprise mystérieuse, la Chronos Inc. De quoi s'occupe cette société ? Quel rapport avec les "narconautes" ? Angel va tout faire pour le savoir malgré les dangers qu'elle ne cesse de sentir autour d'elle. Elle sait qu'elle peut compter sur l'aide de Nadir qui se rend disponible quand elle a besoin de lui. Mais cela sera-t-il suffisant pour découvrir tous les secrets de cette famille et de leur entreprise ?

Angel n'entend pas décevoir la confiance de son oncle et fonce tête baissée.
Le lecteur n'a plus qu'à la suivre et partager ses frayeurs quand les balles sifflent à ses oreilles, qu'elle se retrouve enfermée dans une cage ou qu'elle assiste à des événements tout à fait extraordinaires. Les ados ne s'ennuieront pas en se lançant sur les traces d'Angel et les pages tourneront dans leurs doigts au rythme endiablé de cette époustouflante aventure. Chaque chapitre apporte son lot de surprises et le lecteur ne peut s'empêcher de penser que cette jeune fille a beaucoup de cran. Allez, courage, lancez-vous !

Serge Cabrol 
(03/03/14)    



Retour au
sommaire
Jeunesse








Flammarion
(Février 2014)
384 pages 14,50




Rencontre avec l'auteur
sur le blog de
Flammarion Jeunesse :
www.flamlikeyou.fr






Fabrice Colin
né en 1972, a publié plusieurs dizaines de romans et de nouvelles pour les adultes
et pour la jeunesse.




Bio-bibliographie sur
Wikipédia




Visiter le site
de l'auteur :
dreamericana.free.fr