Retour l'accueil





Rachel CORENBLIT


Que du bonheur !



« Ma vie est comme une bouse de vache
 qui sèche en plein soleil : plate, puante et inutile. »

Angela, qui doit son prénom à l’admiration que ses parents portent à la militante noire américaine des années 60, Angela Davis, nous raconte drolatiquement sa première année de lycée, absolument catastrophique, sous forme de journal avec petits gribouillis et photos à l'appui du texte. Le calendrier de cette fameuse année où sont égrenés les malheurs de l'adolescente sert en quelque sorte de sommaire où le lecteur peut aller piocher : comment devenir le boulet de sa classe en se cassant le nez le jour de la rentrée ; comment devenir boulimique parce que ses parents divorcent ; comment être trahie par sa meilleure amie ; comment, un malheur ne venant jamais seul, perdre son chat – "mon unique consolation, ma source de tendresse, ma boule à câlins..." – ; comment redoubler sa seconde ; comment passer des vacances au fin fond de l'Ariège entre un vieux grand-père mutique et un père dépressif  et, apothéose, comment se laisser embringuer dans l'élection de Miss Camping à "Palavas les ploucs" !

À chaque chapitre, la narratrice s'adresse directement au lecteur dans un petit paragraphe plein d'humour, en exergue. « Bon, d'accord, une bouse de vache c'est un peu fort... Disons que je ressemble à un chewing-gum mâché, roulé en boule et caché sous une chaise. C'est plus parlant... »

Bien qu'elle soutienne qu'elle n'a rien d'Angela Davis, c'est certainement grâce à son prénom de femme battante que notre Angela va réussir à surmonter toutes ses épreuves même si, sous les sarcasmes, la dérision, affleure une vraie souffrance. Pour preuve la liste hallucinante des aliments qu’est capable d'ingurgiter Angela en un temps record ou celle des "boulets", ces souffre-douleurs d'une classe dont Angela se réclame de deux catégories, "muette et moche".

Un "drôle" d'agenda qui fait rire en grinçant des dents ou l'inverse et dont le ton allègre et humoristique rappelle Susie Morgenstern. Un drôle d'agenda-mode d'emploi : ou comment dépasser ses malheurs, d'ados ou plus si affinités, en s’en moquant, en les passant à la machine de la dérision.

Sylvie Lansade 
(09/06/16)    



Retour au
sommaire
Jeunesse








Editions du Rouergue

Collection doado
128 pages - 10,20






Découvrir sur notre site
d'autres livres
de Rachel Corenblit :

Le métier de papa

Ceux
qui n'aiment pas lire