Retour à l'accueil du site






Florent COUAO-ZOTTI


La traque de la musaraigne



D'une écriture vive et colorée, l'auteur nous offre un voyage au Bénin, tumultueux mais très instructif. Son héros, Stéphane Néguirec, un jeune Breton qui cherchait l'aventure à Cotonou, voit ses vœux comblés au-delà de toute espérance. Il en a pour son argent, et le lecteur aussi !

Dès la fin du premier chapitre, les affaires commencent mal pour Stéphane Néguirec. Séduit par une danseuse dans un bar, il espère passer une agréable fin de nuit mais la jeune femme est enlevée sous ses yeux par deux costauds et l'impétueux Breton qui tente d'intervenir est laissé pour mort sur le trottoir.
Le lendemain matin, il est secouru par une autre femme, l'énergique Déborah, qui le fait monter sur un zem, un taxi-moto, et arrive à le ramener chez lui où… elle s'installe parce qu'elle est poursuivie. Les ennuis ne vont pas cesser de se multiplier pour ce couple improbable…

Parallèlement, nous suivons un autre personnage, un Ghanéen qui a participé à un braquage à Accra et s'en est sorti avec une balle dans une fesse dont la blessure a du mal à cicatriser. Ansah Ossey est plus connu sous le pseudonyme de Jésus Light. L'homme, était, disait-on "beau comme Jésus", avec étrangement le look du personnage christique : barbe fine agrafant le menton, silhouette filiforme, muscles et volume aux bons endroits. Mais il était bien "light" n'ayant ni la prétention de sauver le monde, ni le sens des miracles.

S'il arrive ce jour-là à Cotonou, c'est que les huit cent mille dollars du braquage doivent s'y trouver. Ils étaient cinq pour attaquer la banque. Trois sont morts, lui a été blessé et la cinquième, Pamela, l'égérie de leur groupe, a disparu avec le butin. Certaines informations ont fait état de la présence de la fugueuse dans la capitale béninoise. Jésus Light s'est aussitôt mis en chasse…

Dès les premiers chapitres, on a compris que la Déborah du Breton et la Pamela du Ghanéen ne font qu'une et on se laisse emporter par ce rocambolesque jeu des chats et de la souris aux innombrables rebondissements qui va nous faire sillonner la région entre Cotonou et Porto Novo, nous familiariser avec des expressions typiquement béninoises (lexique en fin de livre) et nous faire découvrir des lieux peu connus des touristes comme la prison où Jésus Light ne va pas rester très longtemps grâce à l'avidité d'un commissaire corrompu.

Au fil de leurs aventures, Stéphane se trouve enlevé par des islamistes et l'on s'aperçoit que sur l'échelle du commerce d'otages, le Français n'est pas du grand choix :
– Je vais te vendre, mon ami. Te vendre à l'Organisation du front islamiste anti-impérialiste. T'inquiète pas, ce sera des centaines de milliers d'euros. J'aurais personnellement préféré qu'on tombe sur un Américain. À l'échelle des pierres précieuses, c'est du diamant lourd ; mais un Français, c'est disons... enfin, je ne veux pas dire que c'est le fond du panier, mais ce n'est pas la viande la plus prisée. Bon, on ne va quand même pas faire la fine bouche.

Florent Couao-Zotti réussit là un roman captivant où l'on suit avec plaisir, curiosité et empathie des héros souvent en difficulté mais toujours déterminés à se battre pour se tirer des situations les plus périlleuses. Les titres des chapitres ne manquent pas de poésie – Les yeux rouges du bouc ne rendent pas le couteau aveugle – ni d'humour : Il faut déjà avoir traversé le fleuve pour dire que le crocodile a une sale gueule. Après Janis Otsiémi et le Gabon, voici Florent Couao-Zotti et le Bénin : les éditions Jigal s'enracinent solidement en terre d'Afrique. Des voyages à ne pas manquer !

Serge Cabrol 
(25/04/14)    



Retour
Sommaire
Noir & polar









Éditions Jigal
(Février 2014)
216 pages - 17










Florent Couao-Zotti,

né au Bénin en 1964, est l'auteur d'une quinzaine de livres traduits en plusieurs langues et récompensés
par de multiples prix.

Bio-bibliographie sur
Wikipédia