Retour l'accueil du site





François COUPRY

Le grand cirque du Cavalier chinois



Faire des histoires avec sa propre histoire, voilà l'entreprise littéraire de François Coupry depuis qu'il écrit et publie. Des histoires ni autobiographiques ni autofictionnelles. Des histoires en forme de contes, où les fées sont étranges et ambivalentes, prennent la forme inattendue d'un pharaon ou d'un vieux Chinois. C'est lui, le Chinois Mao Ti, que nous retrouvons ici, "des joues ridées, une tête de vieille pomme oubliée, et surtout, surtout, des yeux bridés, des yeux que nous n'avions jamais vus, même pas en rêve".

François Coupry, dans ses histoires, revisite l'Histoire. La raconte autrement, l'envisageant dans le retournement et comme un décor de théâtre. Car le théâtre, l'opéra, la "représentation", sont pour lui le signe du mystère. Son masque. Dans Le Grand Cirque du Cavalier chinois, nous entrons sur la piste. Nous y entrons en spirale, dans une double mise en abyme : le temps, et les personnages.

Italo est né en 1947. Il vit à Hyères avec ses parents épiciers qui vendent des spécialités italiennes. Il ne se remet pas de la mort de sa sœur Agata. Tout au long de son enfance – durant certaines nuits – ses ancêtres viennent lui rendre visite. Ce sont des cadavres revenus de l'histoire familiale, qui tous ont un rapport avec le monde du cirque. Ils ont leur propre histoire à raconter, et un conte chinois à transmettre, car tous ont rencontré le Chinois Mao Ti, qui a traversé les âges. Italo fait ainsi la connaissance d'un villageois du temps de Charlemagne, d'un aristo anglais du XVIIIe, de Nouma-Hawa la dompteuse… L'enfant consigne dans un cahier les contes orientaux de Mao Ti, qui lui permettront non pas de se comprendre, mais de comprendre la marche du cosmos. Les fantômes, eux, lui dévoileront quelques secrets de famille et de filiation.

Lorsque Mao Ti explique à Italo que le cahier dans lequel il a consigné les contes est promis à un certain François, la mise en abyme prend une dimension supplémentaire : Mao Ti raconte des histoires, qui sont rapportées ensuite à Italo par les fantômes de ses ancêtres. Italo note les histoires dans un cahier, cahier que Mao Ti lui demande de remettre à un certain François, projection dans la fiction de François Coupry (né lui aussi en 1947), l'auteur du Grand Cirque… Chaque conte est accompagné d'un dessin, qui est placé à la fin de chaque épisode, non comme une illustration, mais comme la conclusion graphique du texte. Et tout à la fin du livre, après la table des matières, dans une incise intitulée "Secret de fabrication", l'illustrateur Cyril Delmote prend la parole. Le lecteur apprend ainsi que les dessins sont antérieurs aux textes, et que Coupry a élaboré ses histoires à partir des illustrations. Ce qui remet en perspective la disposition du livre : les dessins sont premiers, mais apparaissent à la fin des chapitres. Si l'on prend en compte le fait que l'illustrateur, Cyril Delmote, est le fils adoptif de l'écrivain, Le Grand Cirque du Cavalier chinois raconte une histoire de famille et de filiation qui est à envisager au moins au carré, si ce n'est au cube ou plus.

Il est comme ça, François Coupry : il refuse de "se" raconter, et il refuse de raconter en ligne droite. La courbe est sa "marque". Il poursuit une œuvre dont chaque pièce fait écho aux précédentes, mais pas forcément à celle qui précède immédiatement. Là encore, il s'agit d'aller explorer en ne suivant pas l'itinéraire rectiligne. En faisant réapparaître le personnage de Mao Ti (que l'on trouve dans Les Contes du Cavalier chinois, 1994 et Les Trois Coups du Cavalier chinois, 2005), Coupry renoue avec un pan important de l'imaginaire de certains des membres de la Nouvelle Fiction, le mouvement littéraire auquel il se rattache : Frédérick Tristan, Patrick Carré, Jean Levi. En faisant d'Italo un scientifique recevant le prix Nobel pour ses travaux sur la cosmologie, il renvoie à sa propre exploration du monde et à la transcription fictionnelle qu'il en a donnée dans son cycle des Cosmogonies. Tout se tient : "j'allais peut-être […] faire comprendre les paradoxes du cosmos, au moyen sans doute d'une fable de François", dit Italo dans la dernière page. Mais tout finit – tout commence ? – sur la piste d'un cirque.

Avec Le Grand Cirque du Cavalier chinois, le lecteur aborde un rivage singulier de la littérature française contemporaine, loin des conventions du temps, et se laisse emporter dans un tourbillon romanesque – on est tenté de dire "dans une hyper-fiction" – qui le conduit vers le merveilleux de l'enfance, le mystère des sentiments, la complicité avec un auteur.

Christine Bini 
(30/10/13)    
Lire d'autres articles de Christine Bini sur http://christinebini.blogspot.fr/



Retour
Sommaire
Lectures








Pascal Galodé

(Octobre 2013)
Collection "Le K"
222 pages - 30


Illustrations de
Cyril Delmote









François Coupry,
né en 1947, a été journaliste, éditeur et rédacteur en chef de la revue Roman. Essayiste, conteur, romancier, il a écrit une trentaine d'ouvrages.




Visiter le site
de l'auteur :
www.coupry.com