Retour à l'accueil du site





Catherine CUENCA


La trompette d’Alésia



Royaume Averne, 52 avant J.C. Vercingétorix lutte contre la présence romaine et mobilise ses troupes.
Luern, jeune Gaulois, part combattre les Romains aux côtés de son maître dont il est le valet d’arme.
Mais en chemin, il perd son groupe et se retrouve seul au milieu des bois. Il croise alors un jeune Romain, Titus, qui, pour d’autres raisons, se rend également à Gergovie. Titus va le supplier de l’accompagner jusqu’à destination. La cohabitation entre les deux jeunes gens, que tout sépare, ne va pas être simple.
Au cours de leur voyage, ils sont accueillis par un druide qui va confier à Luern un carnyx ayant jadis appartenu à un célèbre guerrier gaulois ; trompe que le druide charge Luern de remettre à Vercingétorix en personne.
Cette improbable rencontre va changer le cours de la vie du jeune homme.
Les dieux seront-ils avec lui ?

Entre honneur et trahison, entre fidélité et abandon, ce roman retrace le parcours d’un jeune Gaulois, son combat pour la liberté face aux Romains.
De Gergovie à Alésia, Luern va vivre des moments forts, pleins d’espérance et de courage, mais aussi marqués par la déception et la douleur.

Ce roman est l’occasion de découvrir le mode de vie des Gaulois, leurs coutumes, leurs vêtements, leur alimentation, leur façon de vivre ou encore leurs croyances.
Luern vida sa coupe de cervoise. La viande était salée et donnait soif. Installés en bout de table, loin de chefs et des nobles guerriers qui se partageaient les gigots et deux bœufs sacrifiés pour le banquet, Gabrillos et l’adolescent devaient se contenter de bas morceaux graisseux. Pourtant, Luern mangeait avec plaisir. A la ferme d’Adcanaunos, il y avait rarement de la viande au menu !
Les descriptions, nombreuses, s‘appuient sur de récentes découvertes scientifiques.

Le vocabulaire est très riche. Certains mots spécifiques sont expliqués en bas de page.
Luern lança ses gallicae¹ et se débarbouilla le visage dans un seau d’eau froide.
1. Sortes de sandales constituées d’une épaisse semelle et de lanières de cuir.

En fin d’ouvrage se trouvent une carte des peuples et régions de Gaule ainsi qu’un lexique des noms gaulois avec leur traduction (Gabrillos : le chevreau ; Adcanaunos : qui est proche de ses chiens). On peut également lire les notes de l’auteure récapitulant des découvertes faites au sujet des Gaulois, découvertes permettant de contrecarrer les idées reçues sur ce peuple à la culture orale.

Voici un roman jeunesse, agréablement illustré, vif et intéressant.

Cécile De Ram 
(21/03/15)    



Retour au
sommaire
Jeunesse








Nathan

224 pages - 5,5

À partir de 11 ans





Bio-bibliographie
de l'auteur sur
le site de l'auteur







Découvrir sur notre site
un autre livre
du même auteur :

Le crime
de la Pierre Levée