Retour l'accueil du site





Peter CUNNINGHAM

Descendre la rivière


Alex, un Irlandais installé au Canada avec sa femme, va devoir retourner sur les lieux de son enfance pour éclairer un passé qui le hante et met en péril l’équilibre de son couple. En alternance avec sa quête, des paragraphes nous font découvrir la vie des truites, leurs mœurs et leurs habitudes, les meilleurs moments pour les approcher et les diverses façons de les pécher.

Alex a enseigné l’anglais pendant trente ans avant de démissionner pour écrire des romans. Sa femme Kay, pensait pouvoir se consacrer à la peinture. Ils ont quitté Toronto et se sont installés, un peu plus au nord, près du lac Muskoka. La vie pourrait être agréable et paisible mais la crise a fait fondre leurs économies et leur situation financière est moins confortable que prévu. Kay a dû reprendre un travail de psychologue à mi-temps dans un hôpital. Aussi, quand Alex fait la fine bouche pour assurer la promotion de son premier roman aux États-Unis où son agent lui a trouvé un éditeur, elle ne le comprend pas et leur relation s’envenime.

Dans ce premier roman, Alex a évoqué son enfance en Irlande et dressé un véritable panégyrique de son père, un médecin apprécié dans toute la région. Seulement, voilà, au moment de défendre son livre à New-York, il admet qu’il a sérieusement enjolivé l’image de son père et omis certaines zones d’ombre qui ont troublé son enfance et perturbé sa relation avec celui qu’il n’appelle que par son titre, le Docteur. Il ressent une profonde lâcheté à ne pas avoir essayé de creuser un peu plus ces souvenirs enfouis.

Pour en avoir le cœur net, il décide de retourner dans la région de son enfance et d’interroger les témoins encore vivants de ces années occultées. Dès le deuxième chapitre, nous voici donc en Irlande, accompagnant Alex dans son enquête.

En parallèle nous continuons à suivre Kay dans sa vie quotidienne qu’elle partage avec leur petit-fils Tim, venu passer six semaines chez eux pendant que leur fils, paléontologue, est parti en Chine sur un site archéologique. La mère de Tim est morte dans un accident de voiture quand il avait trois ans, ce qui explique la mise à contribution des grands-parents.

Là encore, tout pourrait être pour le mieux dans le meilleur des mondes mais un homme récemment installé près de leur lac, Larry White, semble s’intéresser de près à Kay et à Tim. Il se dit ancien « Mountie » (la police montée canadienne) mais on ne sait rien de lui et son attitude commence à inquiéter Kay.

La tension monte, un suspense se construit et le roman prend des allures de thriller. Alex essaie de rencontrer son père, toujours vivant, dans une maison de retraite, mais qui refuse de lui parler, l’accusant d’avoir amené la honte sur leur famille. Au cours de ses recherches, Alex s’aperçoit que les gens n’ont pas envie de remuer le passé où un prêtre, notamment, a joué un rôle bien sombre. Il parvient tout de même, au fil de ses visites et de ses entretiens, à démêler l’écheveau de ces années troubles de sa vie.

Suivant à la fois ce qu’Alex découvre en Irlande et ce que vit Kay au Canada, nous sommes peu à peu amenés à penser que le mystérieux Larry White n’est peut-être pas étranger à ce que cherche Alex...

Peter Cunningham réussit là un roman passionnant, nous promenant entre le Canada et l’Irlande, le présent et le passé, l’écrivain et sa femme, sans oublier les truites qu’on retrouve de temps à autres et dont on s’apercevra qu’elles ont aussi joué un certain rôle dans cette sombre histoire. La collection de littérature étrangère des éditions Joëlle Losfeld nous réserve décidément toujours de belles surprises...

Serge Cabrol 
(20/06/16)    



Retour
Sommaire
Lectures







Joëlle Losfeld

(Avril 2016)
192 pages - 18,50


Traduit de l'irlandais par Christophe Mercier







Peter Cunningham,
né à Dublin en 1947, écrivain et journaliste, est l’auteur de nombreux ouvrages et membre de l'Académie irlandaise des arts et des lettres.