Retour l'accueil du site





Jean-Pierre de LUCOVICH

Occupe-toi d’Arletty !



Mon cœur est français mais mon cul est international ! » On connaît la réplique d’Arletty, qui n’est pas tirée d’un film mais a été prononcée par l’actrice lors de l’épuration – réplique peut-être soufflée par Jeanson, le célèbre dialoguiste. Ça ressemble à un très bon mot d’auteur, comme cette autre réplique qui nous est également parvenue : Arletty est emprisonnée quelques temps, une détenue lui demande des nouvelles de santé, et la môme de Courbevoie répond « pas très résistante ». C’est que durant l’Occupation, Arletty a eu une liaison avec un officier allemand, Hans Jürgen Soehring. Sur cette base historique, Jean-Pierre de Lucovich imagine un polar efficace au casting ébouriffant.

L’amant d’Arletty, dans le roman, s’appelle Karl von Sperlich, et on ne le voit qu’en photo. Il trône sur une table, dans le salon d’Arletty, et a laissé quelques vareuses dans une penderie. Occupé ailleurs, le bel Allemand. Pendant son absence, l’actrice reçoit des menaces de mort sous la forme de petits cercueils. Qui la menace ? Et pourquoi ? Pour sa liaison ? Pour avoir tenu un rôle au cinéma à la place de l’actrice pressentie puis écartée ? Le détective Jérôme Dracéna enquête.

Le roman se déroule donc dans le Paris de l’Occupation. On croise tout le monde, ou presque, et c’est un régal. L’adorable Carette, le distant Pierre Fresnay, Cocteau, Sacha Guitry… C’est Dita Parlo, héroïne dans L’Atalante de Jean Vigo et incarnant le seul rôle féminin de La Grande Illusion de Jean Renoir, qui est plus ou moins au centre de l’intrigue. Une actrice allemande tournant en France, écartée au profit d’Arletty sur les écrans. Le Paris de l’Occupation, c’est aussi le Gai Paris, celui des cabarets, des bordels, des officiers allemands attablés avec des filles et des gestapistes. Bonny et Lafont sont là, bien sûr. On visite le One Two Two, le plus fameux bordel de la capitale (1).

Jean-Pierre de Lucovich parvient à ressusciter la période de l’Occupation avec brio. Pas un détail ne manque : la Juvaquatre du détective, les gratins de rutabagas mis en parallèle avec les repas améliorés grâce au marché noir, les répliques des films que l’on se récite, les chansons de Reda Caire et les musiques de Django Reinhardt. Mais là où le roman prend tout son sel, c’est lorsque Léonie Bathiat, dite Arletty, s’exprime. On entend véritablement sa gouaille, et l’on reproduit, en pensée, son phrasé :
« C’est pas d’ma faute si je suis sentimentale, mais faudrait pas me prendre pour une poule ! J’ai tourné un film avant la guerre où j’avais une réplique qui a fait beaucoup rire : “J’ai l’corps un peu en vadrouille, ça n’empêche pas d’avoir l’âme ingénue”, mais minute, faut pas confondre, c’était pas moi, c’était mon personnage. Bon d’accord, j’vous l’accorde, y avait un peu de moi… »

Pour ceux qui, comme moi, ont acquis leur culture classique cinématographique grâce au ciné-club de la deuxième chaîne – Claude-Jean Philippe a été un prof formidable ! – Occupe-toi d’Arletty est une très jolie manière de réviser son noir et blanc.  

*

Note
(1) – Et c’est là que l’on se rend compte que les chambres de la maison de Bernard Blier, dans Le Cave se rebiffe, sont calquées sur celles du célèbre bordel du 122 rue de Provence.

Christine Bini 
(24/02/16)    
Lire d'autres articles de Christine Bini sur http://christinebini.blogspot.fr/



Retour
Sommaire
Noir & polar








10/18

(Janvier 2016)
Collection
Grands détectives
262 pages - 7,10


Paru chez Plon
en avril 2011



Prix Arsène Lupin 2012






Jean-Pierre de Lucovich
a t journaliste Paris Match et pour plusieurs autres magazines.
Occupe-toi d'Arletty !
est son premier roman