Retour l'accueil du site





Louis-René DES FORÊTS


Le jeune homme qu'on surnommait Bengali



La prison est un univers particulier et les relations entre prisonniers sont parfois très difficiles. Un détenu voit arriver dans sa cellule un jeune homme, surnommé Bengali, ce qu'il supporte très mal et ce qui va bouleverser l'équilibre qu'il avait réussi à trouver.
Ce texte de Louis-René des Forêts, déjà publié en décembre 1943 dans la revue Le livre des lettres, est une réflexion sur la solitude, sur le silence et la conversation, sur la perversité qui peut se dégager d'un individu : Moi, je me tenais au pied du lit, le dos au mur et les mains dans les poches ; j'avais gardé sur mes épaules mon manteau noir dont le col était relevé. J'avais décidé de le mettre complètement à plat, pour le plaisir ; il était très jeune, à peine vingt ans, et j'en ferais mon souffre-douleur, ce serait une distraction. Pendant un court moment, je ne regretterais plus ma solitude.
Ce fut sa première nouvelle publiée.

Comment trouver des moyens de s'évader pour ne pas sombrer lorsqu'on est enfermé, voilà l'enjeu de toute personne privée de liberté. Un très beau texte sur l'enfermement qui ouvre sur de nombreuses pistes de réflexion.

Jean Roudaut, dans sa postface "Peur et jubilation", analyse l'importance de ce texte qui introduit bien l'œuvre de Louis-René des Forêts : L'épigraphe ["Solitude douce et amère" de Heywood] ne joue pas seulement un rôle identique à celui d'une signature ; elle porte sur la substance du récit, sur la façon dont nous sommes constitués de couples antagonistes, la crainte et l'espoir, sur la façon dont le désastre peut être heureux. Il parle aussi du rôle de la parole : La conversation n'est pas un échange d'informations, mais une lutte de pouvoir. L'usage de la parole est pernicieux.

Les illustrations de Frédérique Loutz sont étonnantes. Elles représentent Bengali coloré à la façon d'un tissu indien. Le trait est très fin et foisonnant. Une très belle représentation de la complexité de l'humain.

Brigitte Aubonnet 
(07/06/13)    



Retour
Sommaire
Lectures








Chemin de Fer

(Mars 2013)
68 pages - 13


Illustrations
Frédérique LOUTZ



Louis-René des Forêts
(1918-2000)

Bio-bibliographie sur
Wikipédia