Retour l'accueil du site






Arnaud DUDEK


Les fuyants


"Généralement, à la fin du verre, Jacob se demande le plus sérieusement du monde si toute cette mascarade n'est pas une sorte de brouillon."

La fatalité de la déroute, de l'évaporation, semble s'acharner sur la famille Hintel. De père en fils, ils fuient la vie et la vie les fuit. Le grand-père a quitté femme et enfant sans prévenir, il s'ennuie. Le père s'est tué, chagrin d'amour. Le petit-fils se réfugie dans son ordinateur pour ne pas affronter la réalité. L'oncle se sauve avant de subir le destin de la majorité des humains : rencontre amoureuse, piège nuptial "et la crèche à l'horizon…" Les Hintel s'en vont, rompent, se suicident pour se terrer, dans le silence, l'ennui ou la mort.

En phrases brèves, paragraphes denses, chapitres s'imbriquant les uns dans les autres avec humour, on nous raconte, en à peine plus d'une centaine de pages, concentré moqueur, la tragédie de la condition humaine. Que c'est difficile de vivre la banalité du quotidien ! Comment supporter la routine après avoir goûté des moments de grâce ?

Leurs rendez-vous clandestins ont la gaieté d'une kermesse de village, l'arôme fruité et acidulé des crocodiles en gélatine. Le simple fait d'être ensemble donne à tout le reste une lumière différente, plus forte et plus douce à la fois. Ils n'ont pas eu le temps de culpabiliser, de souffrir de la lâcheté de l'un et de l'attachement exclusif de l'autre, de se rendre compte qu'un amour aussi entier ne peut que les brûler même si parfois la réalité les rattrape, un court instant : ils se demandent alors en se touchant les yeux combien de temps pourra bien durer cette folle histoire.

Quand Marie, l'amoureuse de Simon, le présente à ses parents, c'est l'acmé du roman, un petit chef d'œuvre de cruauté. Ce pavillon de banlieue et ses habitants puent l'ennui et le conformisme. On n'a qu'une envie : fuir.

C'est terrible, drôle, juste, diaboliquement construit : les Hintel, c'est nous !

Sylvie Lansade 
(03/10/13)    



Retour
Sommaire
Lectures




Alma éditeur

(Août 2013)
256 pages - 20

Pocket
(Août 2015)
124 pages - 5,30




Arnaud Dudek,
né à Nancy en 1979,
nouvelliste et romancier, a participé à plusieurs revues littéraires. Les fuyants est son quatrième livre publié.


Bio-bibliographie
sur Wikipédia