Retour à l'accueil du site





Élodie GEFFRAY


Et le silence sera ta peine



« D'ailleurs, pour Yvan, les hommes, dans l'ensemble, ne descendaient pas du singe, mais bien du bigorneau. Une petite bête insignifiante, sans goût et sans intérêt qui finissait rapidement par ne plus être qu'une coquille vide. De tous les bigorneaux qu’Yvan avait eu l'occasion de voir, Dominique était l'un des plus beaux spécimens. L'un de ceux dont, si l'on devait résumer sa vie dans un roman, l'histoire serait moins longue que la préface. »

Nicolas, jeune petit con imbu de lui-même et se sentant au-dessus des lois (son père, ministre de l'Intérieur, efface régulièrement ses incartades), tue, certes accidentellement, une jeune fille qu'il est tout de même en train de violer.

Par l'intermédiaire de son homme de main, un tueur chargé des basses besognes, le ministre de père va non seulement effacer les traces du crime, mais il va lui trouver un autre coupable. Dominique, chômeur, se considérant lui-même comme un pauvre type, a accepté d'endosser le crime contre ce qui lui semble être une somme mirifique et, avant d'être jugé et incarcéré, quelques semaines de bonheur à la campagne.

Donc après un début brutal de noir polar, nous voilà partis dans une bluette sentimentale entre Dominique et Martine, celle qui accueille dans son gîte rural le futur condamné et son étrange compagnon, le tueur Yvan, qui lui, alors, n'apprécie pas du tout d’être "au vert".
Pendant ce temps, à Paris, Nicolas va purger une autre forme de "peine".

Mais les gens ne sont pas si simples que ça et c'est bien le tour de force de ce premier roman de le montrer en dynamitant le genre.
Les personnages sont si fouillés qu’ils finissent par sortir du rôle qu'on leur aurait attribué dans un polar classique. Finira-t-on par avoir pitié de ce salopard de Nicolas ? Ce tueur évidemment froid et jouisseur aurait-il une âme ? Et si la personnalité du commissaire intrigue forcément, on est ravi de lire à quel point Élodie Geffray peaufine ses personnages jusque dans la figure obligée du témoin gênant qu'elle bâtit ici avec beaucoup d'humour et de véracité sous le sobriquet de Jacqueline Foucherolles. Quant à la figure de la fermière, elle existe tellement qu'en lisant on sent l'odeur de ses fromages de chèvre !

Un roman à la fois grave et plein d'humour, un polar dont les personnages se jouent du genre !

Sylvie Lansade 
(09/08/16)    



Retour
Sommaire
Noir & polar








Belfond Thriller
(Février 2016)
240 pages - 18






Élodie Geffray,

née en 1981, est ingénieur des Mines et travaille dans les énergies renouvelables.
Et le silence sera ta peine
est son premier roman.