Retour à l'accueil du site






Gérard CHEVALIER


Miaou, bordel !


Amateurs exclusifs de romans sérieux et de réalisme au premier degré, passez votre chemin, ce livre n’est pas pour vous. Nous sommes ici dans l’univers de l’humour et de la fantaisie. Dès les premières pages, nous en prenons conscience en découvrant que la narratrice, Catia, est… une chatte ! « Mais pas n'importe laquelle. J’arbore une fourrure somptueuse comme tous les angoras de la race dite "Européenne". Mon panache, ma queue, est ma fierté. »
Evidemment, ça étonne un peu ! Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises…

Catia vit depuis quatre ans avec Erwan, devenu journaliste d’investigation après avoir été viré de la police. Il avait découvert la responsabilité de son supérieur, le commissaire Peltier, dans une affaire de corruption et de trafic d’œuvres d’art. Avec son ami Yvon, Erwan a constitué un dossier mais le commissaire a pris les devants et fait radier Erwan. C’est ce dossier qui va être au cœur du roman parce qu’en bon Breton têtu, Erwan n’a pas renoncé à faire éclater la vérité dans cette sombre affaire…

Erwan va pouvoir compter sur l’aide de Catia dont la fourrure angora n’est pas la seule caractéristique. D'une façon étrange et peu explicable, elle a appris à se servir d’un ordinateur ! 
« Un jour, je devais avoir sept mois, [...] je regardais ses doigts courir sur le clavier de l'ordinateur.
Cela me donnait vaguement envie de jouer. Il y a eu comme une déflagration dans ma tête. La relation entre le signe frappé sur le clavier et son affichage sur l'écran a été une révélation ahurissante. Non seulement je comprenais ce qu'il fallait faire pour écrire mais, grâce à Erwan qui lisait à haute voix au fur et à mesure qu'il tapait son texte, la clarté du langage m'est apparue. Bon, ben oui, c'est comme ça, ne vous en déplaise. Cela faisait quand même des mois que je reluquais les lettres. On sait bien que pendant l'enfance on mémorise facilement. »

Grâce à son intelligence et ses pouvoirs exceptionnels, Catia va être une aide très précieuse dans cette enquête délicate visant à démasquer des policiers ripoux.

Toutefois, au-delà de l’aspect policier du roman, c’est, on l’aura compris, l’humour qui en est le principal ressort. Les réflexions de Catia sur les objets connectés, par exemple :
« Imaginez le programmateur électronique du four de la cuisine qui appelle le mobile de sa propriétaire pour lui dire :
– Mémère est partie en laissant le gratin au four dix minutes de trop. Ça va être cramé !
Ou alors, l'ordinateur qui se branche à l'automobile :
– Fais demi-tour Pépère. Y a Bobonne qui s'envoie en l'air à la maison avec le facteur !
C'est déjà le bordel avec la technologie actuelle ! Pas la peine d'en rajouter. »

Ou encore les relations d’Erwan et d’Yvon avec les femmes qui prennent vite des allures de vaudeville et ont plus à voir avec Feydeau qu’avec Ian Fleming ou Agatha Christie.

Il serait bien dommage de se priver d’une occasion de rire quand elle se présente et que l’auteur nous l’offre avec autant d’enthousiasme et de dynamisme. On suit avec jubilation sa jolie narratrice angora dont le caractère et le langage ne manquent pas de verdeur. Miaou, bordel ! On en redemande !

Serge Cabrol 
(30/03/15)    

PS : je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager les deux exergues choisis par Gérard Chevalier pour son roman :

« On dirait que les chats
devinent l'idée qui descend
du cerveau au bec de la plume
et que, allongeant la patte,
ils voudraient la saisir au passage. »
Théophile Gautier

« J'ai beaucoup étudié les philosophes et les chats.
La sagesse des chats est infiniment supérieure. »
Hippolyte Taine



Retour
Sommaire
Noir & polar








Éditions du Palémon

184 pages, 9 €







Gérard Chevalier,
après une carrière de comédien et scénariste de cinéma et de télévision,
se consacre désormais à l'écriture romanesque.


Visiter le site
de l'auteur :
http://gerard-
chevalier.com






Découvrir sur notre site
deux autres romans
de Gérard Chevalier :


La magie des nuages



Vague scélérate