Retour à l'accueil du site





Gilles PARIS

L'été des lucioles



Comme dans ses précédents romans, l'auteur met en scène un narrateur enfant et, une fois encore, le choix s'avère convaincant. Gilles Paris présente ainsi une réalité vue par un regard qui n'en comprend pas tout – ou parfois autrement – mais qui observe intensément. Ce décalage ouvre un espace pour l'humour, la poésie, et permet à l'auteur de s'aventurer dans un fantastique proche du réalisme magique sud-américain en apportant une certaine porosité à la frontière entre les vivants et les morts.

Victor, à la fin de ses vacances, décide d'écrire le livre des événements qui se sont déroulés pendant l'été. C'est cet ouvrage, L'été des lucioles, que nous avons entre les mains.

J'ai deux mamans et un papa qui ne veut pas grandir.
Ses parents se sont séparés deux ans après sa naissance. Son père, François, très immature, photographe pour des guides touristiques, parcourt le monde et réussit bien dans son métier mais s'avère incapable de gérer le quotidien. La mère de Victor, Claire, ne supportait plus les factures non réglées, les visites des huissiers et les sacs de lettres non ouvertes. La séparation seule pouvait lui apporter le calme et la sécurité que les négligences de son mari mettaient sans cesse en péril. Deux ans plus tard, Claire a rencontré Pilar, une peintre argentine, dont elle est tombée amoureuse et qui est devenue la deuxième maman de Victor.
Il a une sœur aussi, Alicia, qui a quatorze ans, et ne s'intéresse qu'aux garçons.

Comme tous les étés depuis cinq ans, Claire, Pilar, Victor et Alicia s'installent à Roquebrune-Cap-Martin, près de Nice, dans un appartement que François a hérité de sa sœur Félicité décédée dans un accident de la route, un appartement où il a toujours refusé de mettre les pieds.
L'appartement est situé dans une résidence de luxe avec piscine et gardienne.
Victor a un copain, Gaspard, et une amoureuse, Justine de Vallon-Tonnerre, qui vient là avec ses parents mais aussi avec une gouvernante sévère et autoritaire, Augusta.
Le décor est planté et il n'y aurait pas là matière à écrire un livre s'il ne s'était déroulé, cet été-là, des événements hors du commun, mystérieux, liés à des secrets et des souvenirs anciens.

Trois personnages vont jouer des rôles déterminants dans ces surprenantes aventures.
Tout d'abord, une vieille dame, la baronne de Liseray qui connaît cette résidence depuis de nombreuses années, au temps même où y venait Félicité, la tante de Victor, dont personne ne veut jamais parler sauf pour dire qu'elle n'était pas "une bonne personne". Victor, peu à peu, saura gagner la confiance de la baronne et obtenir des confidences qui apporteront la lumière sur des secrets bien enfouis.

Les deux autres sont Tom et Nathan, des jumeaux du même âge que Victor, qui lui proposent de visiter clandestinement les belles villas inhabités de Roquebrune. Victor en parle à Gaspard et Justine qui acceptent de partager l'aventure. La fillette doit sans cesse ruser pour échapper à sa gouvernante mais le jeu en vaut la chandelle.
Leurs escapades nous font découvrir la côte, le sentier des douaniers et ces villas, qui existent vraiment, où ont vécu des personnes célèbres et où plusieurs films ont été tournés.

Au fil des jours, Tom et Nathan se révèlent très mystérieux et personne, pas même la gardienne de la résidence, ne les connaît. Qui sont donc ces deux enfants ? Pourquoi proposent-ils ces visites à Victor ? On le saura en temps voulu et l'on verra que Gilles Paris n'hésite pas à s'aventurer sur le terrain du fantastique et faire communiquer le monde des vivants avec celui des morts.

Le récit de Victor est émaillé de réflexions légères (Alicia bâille sans sa main devant, tant mieux pour les moustiques et les mouches qui auront un endroit où dormir ce soir.) ou plus profondes (Je trouve ça étrange que papa et Pilar s'expriment tous deux dans des photographies ou des peintures dans lesquelles aucun humain n'apparaît.) et son jeune âge permet de temps à autre un humour involontaire de sa part prouvant qu'il est encore loin des préoccupations adolescentes : Alicia a déjà dormi dans le lit de Luigi. C'est elle qui me l'a dit. Il a ouvert ses draps et elle s'est serrée tout contre lui, un après-midi, tout habillée. Alicia dit : "C'est encore trop tôt." Je suis bien d'accord. Ce n'est pas une heure pour dormir.

Quand aux lucioles, elles éclairent les nuits de la résidence et font partie de ces incartades poétiques qui renforcent la tendresse de l'auteur pour l'univers qu'il décrit et qu'il nous offre de partager. Comme les papillons qui aiment se poser sur Victor. Je ne sais pas pourquoi, mais j'attire les papillons. Et c'est un papillon jaune qui mènera Victor aux deux jumeaux.

Voilà un roman étrange, émouvant, où sont abordés avec délicatesse des sujets graves comme la relation parents-enfants, l'amour dans un couple et notamment entre deux femmes, le souvenir des proches aujourd'hui disparus… Gilles Paris a son style et son univers bien à lui et chacun de ses livres nous invite à le rejoindre dans cette contrée imprécise entre l'enfance et l'âge adulte, où ceux qui restent continuent à vivre avec ceux qui les ont quittés. Les trois précédents titres ont été repris en collections de poche et récompensés par de nombreux prix littéraires, L'été des lucioles ne décevra pas ses nombreux lecteurs.

Serge Cabrol 
(05/02/14)    



Retour
Sommaire
Lectures








Héloïse d'Ormesson

(Janvier 2014)
224 pages - 17 €



J'ai lu

(Mars 2016)
250 pages - 7,50 €








Gilles Paris,
né en 1955, travaille dans le monde de l'édition.
L'été des lucioles
est son quatrième roman.



Visiter le site de l’auteur :
www.gillesparis.net







Découvrir sur notre site
un autre livre
de Gilles Paris :

Au pays des kangourous