Retour l'accueil du site





Jacob et Wilhelm GRIMM


Contes choisis
illustrés par Yann Legendre




Parmi les vingt contes des frères Grimm que Yann Legendre a choisis et illustrés, certains sont des classiques : Cendrillon, Le Vaillant Petit Tailleur, Blanche-neige, Le Petit Chaperon rouge… et d’autres sont beaucoup moins connus, et sont de belles découvertes. Par exemple : La Lune. Très court texte, où l’on voyage en trois pages d’un pays où la nuit est obscure pour se retrouver au royaume des morts : « Mais quand les quatre morceaux de la lune se retrouvèrent réunis dans le monde souterrain, voilà que là-bas, où avait toujours régné l’obscurité, les morts se mirent à s’agiter et se réveillèrent de leur sommeil ». Le monde du conte est celui du merveilleux, bien entendu. Chez les frères Grimm, inlassables collecteurs de légendes et d’histoires, le merveilleux est un voyage dans le temps et l’espace – temps et espace qui se rejoignent, justement, dans le conte La Lune.

Quelques « Il était une fois ». Mais aussi des ouvertures directes (« Un jour, le chat rencontra Monsieur Renard », ou « La femme d’un homme riche tomba malade », ou encore « Par un matin d’été, un petit tailleur était assis sur sa table ») qui nous plongent in media res ou à peu près dans un monde tangible et réaliste, pour ensuite dévier, surprendre et émerveiller. Quelques « Il était une fois », ici. Mais aussi d’autres ouvertures, merveilleusement floues (« Il y a bien longtemps », « Il y a quelques centaines d’années », « Dans des temps anciens », « Un jour »). La traductrice, Natacha Rimasson-Fertin, fait, elle aussi, des merveilles.

Yann Legendre, célèbre illustrateur, s’attèle donc aux contes des frères Grimm. Avec tout le talent qu’on lui connaît. Les sœurs de Cendrillon, aiguës, rouges et noires, sont terrifiantes. Une Blanche-neige toute de bleu vêtue gît sur un trognon de pomme qui semble flotter sur les eaux du rêve – à quoi rêva-t-elle, au fait, la belle endormie, pendant son sommeil ? Une rave en forme de montgolfière étend ses fanes sur la grand-place. Une petite souris, alanguie sur un abat-jour, semble prendre le soleil alors qu’elle est à l’intérieur de la maison : sur son museau, des lunettes à montures rouges, et des verres fumés sur lesquels se dessinent des cœurs (on pense à Lolita…). Yann Legendre manie les couleurs franches, et leurs déclinaisons éclatantes – le roux d’une chevelure, le violet des nuages – pour redessiner les contours du conte. Les textes acquièrent une noirceur, et parfois une sauvagerie, qui bousculent le lecteur. Le loup derrière le petit chaperon est à l’affût, caché mais envahissant tout l’espace. Quelques illustrations en noir et blanc, très graphiques, renforcent le sentiment d’inconfort. Et le lecteur est comblé. Car le merveilleux sans la peur est de peu d’intérêt. Ces contes – surtout ceux que l’on croit bien connaître – sont revus ici, graphiquement, sous un angle pop aux lignes nettes et franches.

Soulevez la couverture gris métal, gaufrée, aux illustrations rehaussées d’un vernis sélectif, et découvrez les contes de Grimm comme vous ne les avez jamais vus. Une publication magnifique.

Christine Bini 
(30/10/14)    
Lire d'autres articles de Christine Bini sur http://christinebini.blogspot.fr/



Retour au
sommaire
Jeunesse












Textuel

(Octobre 2014)
212 pages - 29





Yann Legendre,
né en 1972, illustrateur et directeur artistique, est membre de la Society of Illustrators de New-York. Ses travaux font partie des collections permanentes de la Bibliothèque nationale de France et du Museum of Modern Art de New-York.


Très belles illustrations
sur le site de
Yann Legendre