Retour l'accueil du site





Catherine GRIVE


Le bureau des objets perdus



Parmi les choses que j’aime dans la vie, il ya faire des blagues à mon chat, entendre ma voix quand je suis enrhumée, manger des macarons à la pistache, regarder la tache brune sur le plafond de ma chambre, qui, selon mon humeur, bonne ou mauvaise, peut prendre des formes différentes. Ce matin, j’ai vu une marmotte dans un Caddie d’hypermarché.

La narratrice, une adolescente au collège, perd tout, clés, foulards, sacs de sport, livres, stylos, même des affaires qu’on lui a prêtées, et pour les retrouver, met tous ceux qu’elle connait à contribution. Mais quand elle ne retrouve plus son blouson chéri, offert par un oncle à la réputation de baroudeur, le blouson qui à la seconde où je l’enfilais me donnait force et confiance en moi, elle est bouleversée et décide de partir à sa recherche sans l’aide de personne.

C’est pendant cette quête qui va faire grandir l’adolescente que l’on découvre sa famille,  ses amis, ses amours. Le ton, primesautier, est juste, amusant, émouvant.

Et si l’important ne résidait pas dans les objets mais dans ceux qu’ils nous font rencontrer ? Et si la vraie qualité de son oncle, ce n’était pas d’être un grand voyageur mais un passeur de rêves ? Et si, comme le dit sa grand-mère, le plus important c’est le souvenir, la seule chose qui compte. La seule à ne pas perdre. 

Ce drôle de petit roman dont les très courts chapitres relatent le quotidien prosaïquement tendre de la narratrice, finit par ressembler à un conte initiatique où le passage dans l’antre des objets trouvés, but ultime de la quête, va faire mûrir notre héroïne et lui faire rencontrer son alter ego sous les espèces d’un rocker qui lui aussi a perdu son blouson !

Si je devais expliquer ce que j’ai ressenti en pénétrant dans ce lieu, je dirais que c’est comme d’entrer dans un rêve. Ou plutôt une boule de neige, mais au lieu de flocons ce seraient des millions de grains de poussière qui flotteraient dans l’air.

Sylvie Lansade 
(29/04/15)    



Retour au
sommaire
Jeunesse







Rouergue

(Février 2015)
Collection doado
120 pages - 10,20