Retour à l'accueil du site





Cécile HENNEROLLES


Vladimir et Clémence


Vladimir adore photographier ce qui est ancien. Sa plus belle photo, il la doit à la doyenne de la rue : une vieille dame de 107 ans.
Ce matin-là, un dimanche judicieusement choisi pour son calme, Vladimir prépare son appareil photo pour effectuer  des clichés d’un vieux banc installé dans le square. Mais au moment d‘appuyer sur le déclencheur, stupeur, une jeune femme vêtue de rouge apparaît dans l’objectif.

C’est tout ce qu’il vit, Vladimir. Car avant qu’il ait pu dire quoi que ce soit (mais qu’est-on supposé dire dans ces cas-là ?), la fille à la robe rouge se mit à disparaître. Un peu comme l’arc-en-ciel s’évapore quand on a l’audace de vouloir s’en approcher de trop près.
Clic.

Ce sont ensuite de petits cailloux blancs qui apparaissent comme par enchantement dans la voiture de Vladimir, sur sa table de chevet ou encore sur la selle de son vélo.
D’où peuvent bien provenir ces petits cailloux ?
Ils sont sans doute l’œuvre de Clémence, la jeune femme en rouge.
Elle est arrivée dans la vie de Vladimir comme un mirage. Elle a le pouvoir d’être invisible, d’apparaître ou disparaître au gré de ses envies.
Vladimir, que sa banalité déconcerte, se sent insignifiant à côté de Clémence, il n’a rien d’extraordinaire lui.
À moins que…

L’histoire,  écrite dans un style frais et doux, est très tendre. Elle est joliment et délicatement illustrée de dessins aux couleurs gaies.
Voici un conte qui évoque le regard, celui que l’on porte sur le monde mais également celui que l’on pose sur soi, et qui, selon les cas, peut être enfermant ou bien révélateur de talent.

Une belle histoire d’amour entre un photographe myope et une jeune femme invisible pour rêver et accepter les autres tels qu’ils sont.

Cécile De Ram 
(25/06/15)    



Retour au
sommaire
Jeunesse






Grasset

(Avril 2015)
78 pages 14


Illustrations
Sandrine BONINI