Retour à l'accueil du site






Joseph HONE


Une ombre au tableau



Le roman s'ouvre sur une étrange rencontre. Aux funérailles de sa mère, Ben est abordé par Elsa, une femme d'une quarantaine d'années, qui lui déclare, un peu gênée, être venue à la demande de son père, décédé le matin même. « Aujourd'hui, il faut que tu ailles aux obsèques de Sarah Contini, la femme du vieux Luchino Contini, m'a-t-il dit. Et que tu parles à son fils, Ben. Il sera là. Il t'expliquera tout. Il faut absolument que tu ailles lui parler. »
Le problème, c'est qu'aucun des deux ne sait ce que cela signifie. Ils ne se sont jamais rencontrés et, apparemment, leurs parents non plus. Ils vont donc chercher à comprendre, se raconter ce qu'ils savent de leurs familles, sans imaginer que cette recherche va les conduire de Dublin à Paris, puis en Allemagne et en Italie, qu'ils vont être traqués par des gens malveillants, menaçants et dangereux, dont ils ne savent pas non plus ce qu'ils veulent. Ils finiront par avoir les réponses à toutes leurs questions, et nous aussi, mais au terme d'une cavale épique et d'un suspense haletant.
La peinture et le vol des œuvres d'art par les nazis vont se trouver au cœur de cette aventure mais Ben et Elsa auront bien du mal à percer tous les mystères de leur passé familial.

Ben a été très amoureux de Katie, une jeune femme décédée dans un accident de voiture, et il est très impressionné par la ressemblance entre Elsa et Katie. Quasiment des sosies. C'est cela aussi qui le pousse à se lancer dans cette aventure avec elle.

En fouillant la maison de sa mère, après les obsèques, Ben trouve deux choses très intéressantes. Tout d'abord dans le grenier, un tableau de Modigliani. Un nu superbe qui semble authentique. Ensuite, dans le tiroir secret d'un cabinet de toilette, une liste d'objets : tableaux, bibles, calices d'autel, reliquaires et… le Modigliani. Il a besoin d'en savoir plus et propose à Elsa de se rendre à Paris pour consulter un collectionneur en qui il a toute confiance. Il dispose, pour voyager, du Sorrento, le yacht que son père lui a légué.
« On descend le long de la côte irlandaise, on traverse la Manche jusqu'au Havre, et on remonte la Seine jusqu'à Paris. »
Elsa, curieuse aussi de savoir si tout cela est en rapport avec son père qui était marchand d'objets religieux, accepte le voyage.

A Paris, le collectionneur américain, Harry Broughton, explique à Ben qu'il s'agit d'objets volés en Pologne pendant la guerre par les nazis et qui n'ont jamais été retrouvés. Il lui conseille de rencontrer un expert en peinture qui pourra authentifier le Modigliani.
Seulement, quand Ben et Elsa arrivent chez cet expert, il vient juste d'être assassiné. Et tout se précipite…

Quand ils veulent rejoindre le Sorrento, il est sous surveillance. Ils louent alors une péniche et filent vers l'est. De fâcheuses rencontres vont sérieusement perturber le voyage qui se poursuivra vers Munich d'où ils gagneront l'Italie, plus précisément Carrare où le père de Ben exploitait une carrière de marbre avant que toute la famille soit déportée à Auschwitz. Luchino Contini a été le seul rescapé. Il a préféré émigrer vers Dublin plutôt que retourner à Carrare.

Les rebondissements se multiplient au fil de ce périple où Ben et Elsa cherchent à comprendre ce qui peut lier leurs pères entre eux et à cette liste d'objets. Ils se racontent aussi mutuellement tous les détails de leur vie et peu à peu leurs questionnements trouvent leurs réponses.

Un roman vif et passionnant, brassant de nombreux thèmes, avec en fil conducteur la spoliation des biens juifs par les nazis. On ne s'ennuie pas une seconde et l'alternance des points de vue, Elsa et Ben devenant chacun leur tour le narrateur de leurs tribulations, permet d'élargir le champ des réflexions et de partager, de l'intérieur, la quête d'identité de chacun. Un thriller intelligent écrit par un auteur confirmé, surtout connu pour ses romans d'espionnage, et passionné de cinéma qui a eu l'occasion de travailler, entre autres, avec John Ford et Joseph Losey. Du bon polar dont il serait dommage de se priver.

Serge Cabrol 
(05/06/14)    



Retour
Sommaire
Noir & polar









Baker Street
(Avril 2014)
344 pages - 21



Traduit de l'anglais par
Françoise Jaouën






Joseph Hone,

né en Irlande en 1937, est l'auteur d'une dizaine de romans dont plusieurs ont pour héros récurrent l'espion Peter Marlow. Il a vécu dans divers pays du monde (Égypte, Inde, USA, France…) et travaillé pour le cinéma, le théâtre, l'édition, l'enseignement et la radio…

Bio-bibliographie
(en anglais)
sur Wikipédia