Retour l'accueil du site





John LAWTON

Black-out



Londres, février 1944. La guerre n’est pas finie, mais le débarquement est en train de se décider. Les militaires anglais et américains se côtoient dans la capitale britannique. Les habitants sont contraints de se réfugier dans le métro lorsque la Luftwaffe largue ses bombes. De lourds rideaux noirs, opaques, obscurcissent les fenêtres, c’est une mesure de défense anti-aérienne, que l’on nomme « black-out ». Mais le black-out, c’est aussi le voile que l’on met sur une affaire dont on ne veut pas parler, le silence que l’on observe, et que l’on impose, sur certaines informations que l’on se refuse à divulguer. John Lawton joue sur les deux sens de l’expression.
 
Un roman policier situé en temps de guerre rajoute du crime à la boucherie. Dans Black-out, qui est un roman policier et un roman d’espionnage, la politique menant à la victoire est un frein à l’enquête. On n’en dira pas plus, car cette ambiguïté est un des ressorts de l’intrigue, très efficace. Le lieutenant Frederick Troy, d’ascendance russe, se lance sur les traces d’un tueur particulièrement barbare. On ne retrouve qu’un bras de sa première victime, le cadavre calciné de la seconde, et l’on suppose qu’un homme disparu a subi le même sort que les deux premiers. Les victimes sont allemandes ou autrichiennes. Le suspect est en relation avec les services secrets, britanniques et américains. Troy a du mal à enquêter.
 
La personnalité de l’enquêteur Troy est particulièrement ardente, enlevée. Ce type-là a tout pour incarner un héros récurrent auquel s’attacher : en décalage avec sa hiérarchie, en rupture plus ou moins flagrante avec sa famille, amateur de femmes mais sentimental, sensible et opiniâtre. Il passe par des épreuves mais ne dévie pas de sa course à l’assassin. Même après avoir subi un bombardement, il continue sa chasse, chasse entravée par les services secrets.
 
Les personnages secondaires existent vraiment. La pétulante secrétaire Tosca ; Macha et Sacha, les sœurs jumelles de Troy et leur oncle Nikolaï ; Wildeve et Onions, de Scotland Yard ; la troublante lady Diana Brack et le falot Neville Pym des services secrets britanniques, pour n’en citer que quelques-uns, donnent à Black-out un réalisme romanesque tout à fait abouti. Du Londres de 1944 au Berlin de 1948, le lecteur découvre les arcanes politiques et stratégiques en même temps que Troy. Services secrets, militants et sympathisants communistes, espions indécelables, voilà les ingrédients de ce très bon roman. Que l’on rattache à ceux de John le Carré, mais que, pour ma part, j’ai trouvé moins austère et plus abordable.
 
On se souvient du film La Nuit des généraux (Anatole Litvak, 1967, scénario de Paul Dehn et Joseph Kessel) dans lequel, durant la guerre, des crimes atroces étaient perpétrés. Dans ce chaos guerrier, un enquêteur allemand, joué par Omar Sharif, ne déviait pas de sa ligne d’enquête malgré les obstacles semés par le commandement militaire, enquête reprise et conclue par un agent d’Interpol interprété par Philippe Noiret. Sur une trame proche de cet excellent film, Lawton fait naître un personnage de détective attachant, que l’on peut retrouver dans sept romans en anglais. Le public français pourra lire le deuxième épisode de ses aventures bientôt, dans Retour de flammes.

NB : les notes de bas de page, éclairantes, de la traductrice, montrent à quel point Lawton a pris soin d’ancrer son roman dans une réalité britannique culturelle et allusive.

*

Extrait
« Troy tenait toujours le crâne dans une main, tel Hamlet devant la tombe de Yorick. Un sacré puzzle, avait dit Bonham. Doux euphémisme, qui lui rappela sa conversation avec le commissaire Onions.
- Tu sais, George, je viens de dire à Onions que nous n’avions pas affaire à un malade mental.
- Tu penses que c’est pas l’œuvre d’un cinglé ?
- Pour un cinglé, il est drôlement méticuleux, non ?
- On peut être cinglé et méticuleux. A cinq cents mètres d’ici, moins de dix ans avant ma naissance, Jack l’Eventreur découpait des prostituées, et il s’en est sorti. Ça exigeait de la préparation, d’être méticuleux, comme tu dis. Ils sont nombreux dans le quartier à s’en souvenir.
Troy actionna le robinet de cuivre. Bloqué. Un bouchon de glace obstruait le bec. Il souleva la grille métallique, explora le trou à tâtons et en retira sa main, couverte d’une glu brunâtre et nauséabonde.
- Nom de Dieu ! jura Bonham. Attends, je t’éclaire. » (P. 61)

Christine Bini 
(06/02/16)    
Lire d'autres articles de Christine Bini sur http://christinebini.blogspot.fr/



Retour
Sommaire
Noir & polar








10/18

(Avril 2015)
Collection
Grands détectives
480 pages - 8,40


Traduit de l'anglais par
Anne-Marie Carrière









John Lawton,
né en Angleterre en 1949, producteur et réalisateur pour la télévision, est l'auteur d'une dizaine de livres dont sept aventures de l'inspecteur Troy.