Retour à l'accueil du site






Ludovic JANVIER

Paris par cœur



Aux amoureux de Paris, ce livre plaira. Aux amateurs d’abécédaires aussi. Aux passionnés d’autobiographie également. À ceux qui aiment les lectures labyrinthiques, tout autant. Ainsi qu’aux marcheurs, aux rêveurs, aux flaneurs. Sans parler des férus de poésie ou autres jubilateurs de verbes, qui trouveront au détour des pages ce que l’auteur appelle des éclats, morceaux choisis d’Apollinaire, Cendrars, Reverdy, Aragon, Réda ou encore Ferré, Frehel, Piaf, Trenet…, tous ceux qui, comme lui, ont eu à voir avec la capitale.

On l’aura peut-être compris : c’est un livre hors du commun que nous offre une fois de plus Ludovic Janvier. De A à Z, des mots constellent l’ouvrage et chacun, sous la forme d’un fragment, est une ouverture sur le monde de l’auteur. Monde intime parfois. Monde des rues de Paris beaucoup. Lien avec la vie, passée ou présente, de l’écrivain toujours.

Croire à un abécédaire classique serait toutefois une erreur. Ludovic Janvier, avec son habileté coutumière, crée plutôt un trajet : presque chaque mot renvoie à un autre (ou plusieurs) en fin de fragment si bien que le lecteur peut emprunter différents cours. Soit il lit de façon linéaire. Soit il décide de suivre le cheminement arabesque que les mots de fin lui proposent. « Aujourd’hui » peut ainsi le conduire à « Phrase », « Lessiveuse » à « Saint-Sulpice », « Saint-Michel » à « Seul ».

Aucune lecture ne prévaut cependant. Le choix n’est pas narratif mais esthétique. Mieux encore, il relève du jeu, du plaisir, de la liberté, de l’envie du moment. Car, autre atout de Paris par cœur, il peut s’ouvrir à n’importe quelle page, un peu comme si l’on décidait d’aller marcher en commençant par le Nord au lieu du Sud, ou par le milieu de la rue plutôt que par sa fin ou son début.

Ainsi en va-t-il de nos vies. Les raconter, les écrire ne demande pas plus d’ordre que visiter une ville, surtout si on le fait par cœur. L’auteur, toutefois, a un oubli. Il se trouve au mot « biberon ». Par goût du jeu, celui que le livre engendre, on ne dévoilera pas l’oubli en question. Mais il mérite à lui seul le détour.

Isabelle Rossignol 
(15/07/16)    



Retour
Sommaire
Lectures




Fayard

(Mars 2016)
352 pages - 19





Ludovic Janvier
(1934-2016)
essayiste, nouvelliste,
poète et romancier.

Bio-bibliographie sur
Wikipédia