Retour à l'accueil du site





Marius NGUIÉ


Un yankee à Gamboma


La République du Congo (Congo-Brazzaville) a connu une histoire troublée et l’auteur situe ce roman dans la période particulièrement agitée des années 90 sur fond de guerre civile et d’affrontement entre les milices de chaque parti, les Cobras, les Ninjas et les Cocoyes. A la fin du livre, un « Précis sur le Congo dans les années 90 » donne toutes les explications nécessaires.

En 1994, le narrateur, Nicolas, habite Gamboma, une ville plutôt paisible. Il a 14 ans, mène sérieusement ses études et rend service à sa mère autant qu’il le peut, surtout depuis que son père est mort. Il a un frère aîné mais pas de sœur et doit donc assumer de nombreuses tâches comme, par exemple, vendre les ignames au marché où il retrouve ses amis, en dehors des heures de cours, et leur existence se déroule très agréablement.
 
Mais cette tranquillité est perturbée dès les premières pages par l’arrivée en ville d’un jeune militaire en stage à l’école de sous-officiers de Gamboma. Benjamin, qui préfère se faire appeler Sous-off,  est un Cocoye, membre de la milice qui a permis l’arrivée au pouvoir du président Lissouba en 92.  Il a déjà connu toutes les horreurs de la guerre civile, tuant, violant, pillant en toute impunité pour terroriser les populations des zones dont sa faction devait prendre le contrôle.

Il arrive à Gamboma avec la violence qui lui est devenue si naturelle et son attitude va vite fasciner le gentil Nicolas…
Le roman raconte l’étrange relation qui s’instaure entre le soldat et le collégien.

Dès son arrivée, Sous-off se conduit comme un voyou.
Dans l'uniforme qu'il habitait, ce mercredi ensoleillé du mois de juin, Benjamin avait les allures d'un yankee. En français de Gamboma, un yankee est une racaille, un homme sans scrupule, qui peut commettre un meurtre sans se soucier.
Il viole les filles, brutalise hommes et femmes, terrorise celui qui ose lui demander de régler ses consommations, se comporte à Gamboma comme en terrain conquis.

Mais il est aussi capable d’affection et, ravi de déceler de l’admiration dans le regard de Nicolas, choisit de le prendre sous sa protection. C’est ainsi qu’il le présente à ses amis : Voici Nicolas, mon petit de confiance. Je sors de chez eux. Sa maman m'a offert des ignames. Désormais, ils sont ma famille à Gamboma.

Compte tenu des exactions de Sous-off, de son langage (il ne parle pas le lingala) et de son appartenance ethnique, cette amitié n’est pas vue d’un bon œil par tout le monde.
« Qui fait route avec un voleur devient voleur. » Ça, c'est encore un proverbe populaire de mon pays qui le dit. À force de rester avec Sous-off, la plupart des gens de Gamboma, surtout de mon entourage, me soupçonnaient maintenant d'être un voyou, voire un yankee. Sylvain, Martin et Fernand, mes meilleurs amis, avec lesquels je passais des journées entières à discuter sous l'ombre de notre manguier, ne me fréquentaient presque plus.

La langue utilisée par Marius Nguié est très imagée, parsemée de termes locaux (une bordèle, un abacost, bouchard...) ou de formules en gangoulou ou en lingala (fort heureusement traduites) et ne rechigne pas à employer l’imparfait du subjonctif : Benjamin voulut que nous devinssions ses petits de confiance

Comment évolue et se termine cette étrange relation, je vous le laisse découvrir au fil de ce court roman (chaleureusement soutenu par Alain Mabanckou) qui doit beaucoup aux souvenirs de l’auteur et à son désir de rendre compte du Congo de son adolescence.  J'ai écrit ce livre en hommage à toutes les mères de Gamboma. […] Je l'ai écrit, parce que je suis à la quête du sens, parce que je voulais comprendre mon Gamboma post-communiste.
Voilà un roman qui ouvre un beau parcours d’auteur, on attend déjà les ouvrages suivants…

Serge Cabrol 
(12/08/14)    



Retour
Sommaire
Lectures








Alma

(Avril 2014)
90 pages, 12













Marius Nguié,
né en 1980 au Congo-Brazzaville, vit actuellement à Paris. Il termine une thèse de doctorat en sociologie économique à Nanterre où il est également chargé de cours. Un yankee à Gamboma est
son premier roman.