Retour à l'accueil du site
Retour Sommaire Nouvelles






Collectif       (Les 14 lauréats du prix du Jeune Écrivain 2014)


Sornettes ou vérité ?
et autres nouvelles



« Ce que nous venions de voir dépassait l'entendement. »
(Wendkouni John Steve Kaboré, PGV)

C'est toujours difficile de rendre compte d'un recueil de nouvelles, encore plus quand chacune est d'un auteur différent qui n'a, en commun avec les autres, que la langue qu'il écrit et le privilège d'être né entre le 1er janvier 1987 et le 31 décembre 1998. C'est un peu comme dans un repas de tapas : on passe d'un plat à l'autre, sans transition, les textures, les assaisonnements des uns se mêlant aux saveurs des autres, c'est très plaisant mais laisse parfois le regret de ne pas pouvoir s'attarder.

Alors, pour bien les apprécier ces nouvelles, pour bien les déguster, je me suis interdit d'en lire plus d'une par jour et de ne lire, pendant 14 jours, le nombre des nouvelles proposées, aucune autre fiction, pour pouvoir, dans la journée, en attendant l'heure vespérale de la lecture, y repenser. Les ruminer en quelque sorte.

Mais puisque ces textes ont été choisis pour être rassemblés, ils tissent forcément entre eux des liens. Ils s'appellent, se répondent, se ressemblent…

Est-ce l'extrême jeunesse des auteurs qui en est la cause, beaucoup des héros de ce recueil sont encore plongés dans l'enfance ou en sortent tout juste, souvent douloureusement, ou sont condamnés à y rester pour l'éternité comme dans A propos du sel sur tes lèvres.

L'enfance, le pays des contes, des histoires qu'on s'invente, des mensonges, des rêves et des cauchemars, il y a comme un parfum de tout ça qui flotte sur ces nouvelles, à cause du titre : la comptine du drôle de jeu que les enfants de la première nouvelle ont inventé, à cause des deux nouvelles qui revisitent ostensiblement les classiques, Loup et Rouge et Barbe Blonde, à cause de ces deux petits princes déchus dans Si la pluie… qui trouvent plus facile d'apprivoiser les renards que les humains. Mais comme ils paraissent plus sanglants, plus réels que ceux de notre enfance ces jeux et ces contes ! Comme si tous ces jeunes auteurs semblaient s'être mis d'accord pour nous raconter une fable pleine de bruit et de fureur, pleine d'assourdissants silences et d'extrême solitude aussi.

Mais le plus frappant, c'est à quel point, ces textes courts savent rendre compte de l'air du temps : virtualité ou réalité ? D'où leur ambigüité, leur perversité, leur cruauté. On est balloté d'un réel fantastique dans Le Fantôme de l'Escaut, Le Manteau, La Cordelette, Marcher dans tes pas, Et il en fut ainsi à l'inimaginable atrocité de l'actualité dans Gamin, un enfant soldat, ou PGV, un ado Hutu à Kigali en avril 94.

Pris entre sornettes et vérités, ces jeunes écrivains manient la fiction, comme un cuisinier ses couteaux, avec précision, efficacité, talent, pour mieux nous faire sentir, dans un style souvent très froid, très maîtrisé, en menteurs expérimentés qu'ils sont déjà, à quel point ces Sornettes rendent compte de la folie bien réelle des hommes.

Sylvie Lansade 
(14/05/14)   



Retour
Sommaire
Lectures












Buchet-Chastel

(Mars 2014)
416 pages - 20






En vingt-neuf ans, le prix du Jeune Écrivain aura publié plus de cent cinquante auteurs et révélé plus de cinquante écrivains.
Il y a quatre ans, le prix du Jeune Écrivain a fusionné sa branche française et sa branche francophone extra hexagonale pour devenir le prix du Jeune Écrivain de langue française.
Le présent recueil réunit l'ensemble des textes primés pour l'année 2014.

On peut lire la préface d'Ingrid Astier et les trois premières nouvelles du recueil sur le site de l'éditeur. Cliquer ici.