Retour à l'accueil du site
Retour Sommaire Nouvelles





François SALMON

Rien n'est rouge



Un recueil de 12 nouvelles extrêmement diverses.
L’auteur démarre avec un improbable western qui vire au fantastique (Les profondeurs de la soif) où un voyageur, après la rude traversée d'un désert, découvre sur la table d'un saloon dans une ville abandonnée un verre éternellement plein qui le sauve ponctuellement mais pourrait l'amener tout aussi bien à sa perte.
Il termine par une courte nouvelle facétieuse et mystérieuse (La place d'Octavie) avec une « drôle de parque, un peu vulgaire, comme échappée d'une mythologie de bas étage » qui guette le client et un hyperactif besogneux comme un insecte qui lui tourne autour.
Et entre ces deux nouvelles, l'auteur nous balade de la rive gauche de la Seine en 885 avec Gossuin le fils d'un parcheminier (Par la peau des siècles) à un futur spatial (La météo marine des exoplanètes) où un autre petit garçon amoureux des nuages concrétise ses rêves.
Ailleurs, au fil des textes, des hommes ou femmes,  jeunes ou vieux, issus de toutes conditions sociales, englués dans un quotidien un peu terne où  « Rien n'est rouge » voient, grâce à un infime événement, leur vie se transformer en conte de Noël (Comment Bernard Verdonck), en histoire d'amour (Tu m'as menti, Sophie Lambert) ou en libération (Les spectres de Westende ; 20cl de lait de vache).
Parfois on y frôle la philosophie (Fixer Suzon ; 5 brèches dans le tumulte) ou le monde  littéraire (Le grand auteur belge), à d'autresles statistiques croisent le polar (Les lois de la croissance) de façon burlesque.

Si l'auteur se laisse séduire par les jeux de style oulipien (lipogramme dans  Les spectres de Westende) et la diversité des genres, il aime à en détourner en permanence les codes.
Quand l'humour seul semble faire lien entre les différentes nouvelles, c'est, il me semble, plus par élégance, parce qu'il faut résister à la morosité qui asphyxie et qu'on peut rire de tout en bonne compagnie, que par légèreté. Et quand l'auteur « change de disque à chaque texte » comme il le dit lors d’une interview en librairie à Bruxelles, c'est autant pour mieux nous capturer, par surprise, dans ses filets habilement tendus que par goût du challenge.
D'un style vif, à travers des personnages que l'auteur de théâtre (que l'écrivain est par ailleurs) sait rapidement et efficacement camper, usant des effets de rythme, des métaphores et des jeux sonores, il conduit de main de maître son lecteur loin de toute vraisemblance sur ses propres terres, celles de l'imaginaire.

Si ces nouvelles étaient des peintures, ce seraient celles de Magritte pour leur surréalisme, leur étrangeté, leur double fond et leur aspect symbolique, leur humour (belge évidemment).
« Je n’étais pas ce qu’on appelle un scientifique brillant [...] choisir un Belge c’était comme voter blanc, se mouiller le moins possible ». (La météo marine des exoplanètes)

Un bouquet multicolore de nouvelles originales, sophistiquées, virtuoses, éminemment littéraires et ludiques à souhait.
Un festin.

Dominique Baillon-Lalande 
(11/08/16)    



Retour
Sommaire
Lectures








Luce Wilquin

144 pages - 14


Prix Boccace 2016








François Salmon,

auteur belge né en 1975,
a déjà publié
trois pièces de théâtre.
Rien n'est rouge
est son premier
recueil de nouvelles.