Retour à l'accueil du site





Antoine SÉNANQUE

Étienne regrette



Antoine Sénanque aime raconter des histoires où l'amitié virile flirte avec la tendresse, où le malaise de la dépression rebondit sur l'absurdité joyeuse du monde, où les hommes respirent difficilement, mais profondément. Dans Salut Marie !, son précédent roman, un type refusait de s'intéresser à la vierge Marie qui n'apparaissait que pour lui. Dans Etienne regrette, le roman qui paraît en cette rentrée de janvier, Etienne Fusain, prof de philo, se retrouve lui aussi face à une apparition incompréhensible : sur son bureau, dans sa salle de cours, il découvre un graffiti gravé au stylo rouge. « Fusain est un con. » Ce n'est pas tant l'assertion qui le bouleverse, mais le point final, appuyé comme une vérité indiscutable. Fusain est un con. Point. Rien à dire d'autre. Tout est dit. Etienne Fusain, 54 ans, marié à Viviane, père de Mathilde, enseignant et vivant à Saint-Denis, profite, d'une certaine façon, de ce choc émotionnel. Il s'absente du lycée et s'en va vivre quelque temps avec son ami Larbeau, médecin légiste. Sa vie ne sera plus jamais la même.

Dans Etienne regrette, c'est l'idée de la mort qui est mise en jeu. Avec tranquillité et humour. Denis Larbeau, par exemple, qui tient à jour de macabres comptes : il consigne les décès de ses camarades de classe, se tient au courant de leur état de santé, envisage leurs maladies probables. Il passe sa vie à fouiller et scier les cadavres, il a choisi cette voie professionnelle pour pouvoir découvrir, un jour, une étincelle dans la chair morte, quelque chose qui lui dirait, lui ferait comprendre, que la mort ne gagne pas toujours. Larbeau est un jouisseur tendre. Il fréquente les putes, il a aimé un homme, il entretient une relation suivie avec une amie d'enfance, Lily. C'est auprès de Lily qu'Etienne va se sentir revivre.

Le roman suit son cours au long de péripéties graduellement improbables et réjouissantes. On se fait balayer par une vague incompressible, au bout d'une jetée, et l'on ne se noie pas. On vole la chaise de Vincent à Auvers. On croise un ancien du Vietnam reconverti dans le proxénétisme et le blanchiment d'argent sale. On coupe à la va-vite, à la morgue, une jambe sur un cadavre non identifié. On consulte une télépathe. Tout s'imbrique sur fond de sensualité retrouvée auprès de Lily, de voyage à Capri, de pigeons convoqués dans un pavillon de banlieue, de jeûne mortifère et salutaire à la fois.

Fusain, Larbeau et Lily forment un joli trio, entre bande-dessinée tendance Pieds-nickelés et philosophie de vie version stoïque. Le roman est léger et grave à la fois, placé sous le signe – redessiné – d'Épictète :
«  Les types comme toi me font peur. Les stoïques. Ce sont des monstres, ils acceptent tout, les calamités comme les grâces. Ils ne font pas la différence.
– N'aie pas peur, Denis.
– J'ai pas peur mais quand je t'ai recueilli, tu n'étais qu'un petit prof de philo dépressif parce qu'un élève t'avait traité de con. Et là, tu la joues héros de la Résistance avant la Libération, il y a quand même des nuances. C'est pas conseillé, ça, dans le manuel d'Epictèque.
– Épictète.
– Tu fais chier, Etienne.
– J'ai simplement dit que, selon Épictète, il y a des choses qui dépendent de nous et d'autres qui n'en dépendent pas et dont il ne faut pas se soucier.
– Par exemple ?
– Des détails, comme nos décès. » (p.188)

Christine Bini 
(16/01/14)    
Lire d'autres articles de Christine Bini sur http://christinebini.blogspot.fr/



Retour
Sommaire
Lectures








Grasset

(Janvier 2014)
240 pages - 18





Antoine Sénanque,
né en 1959, neurologue,
a déjà publié six romans.

Visiter le site de l'auteur :
www.antoine-senanque.com




Lire sur le blog de
Christine Bini
un article concernant :


Antoine Sénanque
Salut Marie !

(Grasset, Mai 2012)