Retour à l'accueil du site






Medoruma SHUN

Les pleurs du vent



La poudre immaculée de chaux blanche du sentier était impeccablement lisse, comme si quelqu’un venait d’y passer un coup de balai. Un petit crâne de la taille d’une tête de bébé marchait devant Akira. Il comprit aussitôt qu’il s’agissait d’un bernard-l’hermite transportant une conque blanche.

Akira et ses copains se lancent le défi de grimper sur la falaise d’Okinawa pour contempler de plus près et peut-être éclaircir le mystère du « crâne chantant », seul vestige d’un soldat kamikaze de la Seconde Guerre mondiale qui, les jours de tempêtes, émettrait, dit-on, des plaintes lugubres.

Étrange roman, maritime et crépusculaire, où se rejoignent dans la même terreur étouffante du passé, deux générations symbolisées par le père, détrousseur du soldat mort, et par son fils, profanateur de sa tombe. Tous les deux sont tellement terrifiés en approchant de l’ossuaire qu’ils ont l’impression que leur sang devient bleu ! Bleu comme l’encre du stylo-plume volé,  bleu comme l’encre de l’écriture, comme celle de la mémoire. Court, étrange et poétique roman sur l’Histoire qui n’en finit plus de faire tache sur le présent.

Sylvie Lansade 
(25/11/16)    



Retour
Sommaire
Lectures



Zulma

(Octobre 2016)
128 pages - 16,50

Traduit du japonais par
Corinne Quentin



Découvrir sur notre site
un autre livre
du même auteur :
L'âme de Kôtarô
contemplait la mer