Retour à l'accueil du site






Gilles VINCENT


Trois heures avant l'aube



Trois lieux, trois destins, trois itinéraires convergeant, sans le savoir, vers le même point de rencontre. Deux assassins et un preneur d'otage, poursuivis chacun par une équipe de police différente. Des chapitres courts, un rythme soutenu. On passe sans cesse de l'un à l'autre, tout va vite, très vite…

Le premier à entrer en scène s'appelle Kamel. Il est encore au Pakistan mais ne va tarder à rentrer à Marseille pour mettre en œuvre le djihad en égorgeant un militaire. La policière qui arrive rapidement sur les lieux du crime, on la connaît bien, c'est la commissaire Aïcha Belkacem, déjà rencontrée dans les précédents romans de Gilles Vincent. Une caméra de surveillance confirmant ses craintes, elle devine très vite qui est le meurtrier : son propre neveu qui a disparu depuis trois mois.

Le deuxième assassin est une femme. Sabrina habite Valenciennes. Elle fait le ménage à l'université, elle habite une cité au nom trompeur, le quartier de la Chasse Royale. Elle ne supporte plus d'entendre l'avocat de Jean-Marc Ducroix, le violeur d'enfants, affirmer que son client doit bénéficier d'une libération conditionnelle. Sabrina veut lui passer l'envie de sortir de prison. Elle sait que Nadine Richard, la compagne et complice du monstre, est maintenant hébergée dans un couvent, là-bas, en Belgique. En quelques coups de couteau, elle va montrer à Ducroix ce qui l'attend à sa sortie. Et si ça ne suffit pas, elle continuera, malgré le lieutenant Pichon qui est rapidement sur ses traces.

Grégor Morvan habite près de Vannes et fait partie de ces ouvriers laissés sur le carreau par la délocalisation de leur entreprise. Le producteur de volailles Foux n'est pourtant pas en difficulté avec sa vingtaine d'unités de production mais les actionnaires en demandent toujours plus. Ici, la main-d'œuvre est encore trop chère, le profit est meilleur ailleurs. Grégor Morvan est en colère et sa femme en rajoute une couche : Fais quelque chose. Trouve une idée, n'importe quoi, mais ne laisse pas ces salauds piétiner notre dignité. Alors il cogite, jour et nuit, et la solution apparaît : enlever le patron, Armand Foux, et lui faire payer le prix de la dignité de ses salariés. Le capitaine Le Cam, malgré la présence et l'aide de son adjointe, Fanny Delmonte, aura du mal à mettre la main sur Grégor Morvan et son otage.

De chapitre en chapitre, nous suivons les trois desperados débordant de colère. Exploités, humiliés, rejetés, excédés, ils ont cessé de ressasser leur rancœur et ont choisi de passer à l'acte. Les policiers comprennent et leur objectif est de les retrouver au plus vite, de limiter la casse autant que possible. Chaque enquête est une course contre la montre. Ils exploitent les indices aussi bien que Sherlock Holmes et Freud réunis : Tueuse fumeuse. Des Winston achetées en France. Des traces de rouge imprimées sur la moitié du mégot : fumeuse compulsive qui tire sur sa clope comme une malade. Manque d'affection, de seins, absence maternelle. Faut voir. A dû commencer jeune. Entourage ordinaire, quartier pourri, périphérie de la ville. Ils ont des intuitions fulgurantes, des déductions fascinantes et parfois même de la chance quand un témoin a été observateur, qu'un voisin se montre bavard ou qu'un meurtrier fait un doigt d'honneur à une caméra de surveillance. Mais la traque se révèle ardue dans les trois cas et ni les fuyards ni les policiers ne peuvent imaginer que tout se jouera quelque part, en un lieu improbable, trois heures avant l'aube

Un bon roman noir d'aujourd'hui, avec des accents de Didier Daeninckx ou Gérard Mordillat, un polar où l'on n'a pas le temps de s'ennuyer et qui fait réfléchir, qui montre la détresse des laissés pour compte d'une société gérée par la finance, qui met des mots sur la colère et met en scène des destins désespérés plongeant dans la violence faute de croire en la justice et d'entrevoir des solutions pacifiques ou collectives à leur souffrance quotidienne. Heureusement, certains auront une deuxième chance… Mais pour en savoir plus et vibrer au rythme impétueux de cette triple enquête, il faut plonger dans le roman et se laisser porter par la plume acérée d'un auteur qui, de livre en livre, sait garder sa révolte intacte sans renoncer à son humanisme.

Serge Cabrol 
(21/02/14)    



Retour
Sommaire
Noir & polar









Éditions Jigal
(Février 2014)
224 pages - 18,50










Gilles Vincent,

né en 1958, nouvelliste et romancier, est l'auteur de huit livres dont quatre ont paru chez Jigal.





Découvrir sur notre site
un autre roman
du même auteur :

Djebel