Retour l'accueil du site





Violaine BÉROT

Des mots jamais dits



Violaine Bérot nous offre un roman très original et passionnant sur la famille et ses multiples contradictions. Elle réussit avec prouesse à montrer la complexité des relations affectives au sein d’une famille. C’est un sujet très souvent traité mais là nous sommes agréablement surpris par le point de vue choisi. En effet, en tant que lecteur nous sommes partie prenante car inclus dans le pronom personnel « on » qui donne son point de vue au fil du roman : « On dirait qu'il y a en elle des manques. On voudrait lui trouver des fragilités, des traits qui sont habituellement le propre des enfants. On ne trouve pas.
On se heurte à son anormale force.
Pourquoi n'est-elle jamais malade ? Est-il concevable que sa volonté soit telle que les maladies de l'enfance ne puissent prendre racine en elle ? On se demande comment une fillette de cet âge peut s'interdire à ce point toute faiblesse.
Mais ces étrangetés semblent lui convenir. On voit bien qu'il lui plaît d'être différente des autres. »

Le ton est donné dès le début du roman : « Il était une fois une vilaine petite fille qui venait de naître. L'histoire commence là.
Sa peau presque mauve, ses cheveux plutôt longs disséminés par touffes, son crâne étrangement tordu vers la gauche, tout ce que l'on regarde d'elle est laid. À sa décharge, on doit admettre qu'elle revient de loin — l'accouchement a failli tourner au désastre. Sans doute était-elle trop grosse mais ce n'est pas seulement cela. La vérité, si l'on peut se permettre de la rapporter, est que la mère n'y a pas mis du sien. »

Exprimer ses sentiments, dire je t’aime au sein de la famille engluée souvent dans le rôle et les responsabilités de chacun n’est jamais facile, mais l’écriture de Violaine Bérot le montre avec beaucoup de délicatesse, de violence parfois, mais avec toujours beaucoup de respect pour chacun des personnages. Violaine Bérot nous situe toujours à la frontière du conte, car son héroïne semble avoir le pouvoir magique de soulager ceux qui sont autour d’elle, mais nous naviguons au cœur d’une famille qui incarne les multiples fonctionnements et questionnements de toute famille.

Le personnage principal n’a pas été aimée et cajolée par sa mère dès sa naissance car sa mère était préoccupée par l’amour que son mari lui portait. La fillette a bien perçu la relation qui existait entre ses parents, qu’elle cherche à protéger, et peu à peu elle a pris en charge la maison en s’occupant aussi de ses frères et sœurs devant l’inefficacité de sa mère souvent allongée dans son lit. Pour vivre sa vie d’adulte, la seule solution sera de partir de chez elle ce qui n’est jamais facile et ce que certains n’osent pas faire.

C’est un roman très réussi et une très belle réflexion sur la famille qui peut être lieu d’amour mais aussi lieu d’étouffement. Violaine Bérot utilise avec brio les mots pour nous dire ces mots qui ne sont jamais dits. Il y a de très beaux passages sur le silence, l’amour, l’importance de la lecture : « On comprend que lire l’aide à se préparer à la merveille que sera sa vie. »

Brigitte Aubonnet 
(01/06/16)    



Retour
Sommaire
Lectures








Buchet-Chastel

(Août 2015)
192 pages -14








Violaine Bérot
habite une vallée de montagne des Pyrénées. Des mots jamais dits est son septième roman.


Bio-bibliographie sur
Wikipédia