Retour l'accueil du site





Rebecka ALDÉN


Le dernier péché


Un suspense qui fait immanquablement penser à l’univers d’Alfred Hitchcock. Une femme, qui s’est rétablie après une chute du septième étage dix ans plus tôt, est confrontée à des évènements troublants qui l’amènent à penser que son accident n’en était peut-être pas un. Mais, pour son entourage, elle replonge dans un épisode paranoïaque. Est-ce vraiment une forme de folie qui l’envahit ?

Avant son accident, Nora Lindqvist ne menait pas une vie très heureuse. Elle mangeait trop, buvait trop, avait un boulot mal payé, se disputait avec Frank, son mari… Et un jour, ivre une fois de plus, elle s’est penchée par-dessus la balustrade de l’escalier du septième étage et sa vie a basculé.

Elle s’est réveillée à l’hôpital trois mois plus tard, après avoir été plongée dans un coma artificiel. « J’ai failli perdre toutes ces choses au sujet desquelles je ne cessais de me lamenter. J’ai alors compris que c’était là tout ce que j’avais. Même si ce n’était pas parfait, c’était ma vie ! Et moi seule pouvais la changer. Personne d’autre. »

Avec l’aide de son mari, elle s’est reconstruite au prix de beaucoup d’efforts, ils ont eu deux enfants, et elle a décidé d’écrire son histoire. Gros succès de librairie. Elle est devenue auteur à succès, chroniqueuse dans un magazine prestigieux et conférencière en développement personnel. Frank a quitté son emploi pour devenir son agent et vendre les droits de ses livres à l’étranger. Les revenus étaient confortables et ils ont acheté une belle maison dans un quartier chic.

Après dix ans de travail intensif, leur vie est un rêve et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes…

C’est alors que Klara vient s’installer dans la maison juste en face de la leur…

Qui est Klara ? Quel est son passé ? Pourquoi vit-elle seule avec son chien ? Pourquoi Frank semble-t-il si intéressé par elle ? Beaucoup de questions qui ne trouveront leurs réponses que beaucoup plus tard dans le livre…

Klara rayonne dans le quartier, tout le monde l’adore, même les enfants de Nora ne cessent de demander à aller jouer avec le chien de Klara.

Ce qui est passionnant dans la construction du roman c’est de voir Nora basculer peu à peu de ses certitudes (dont elle nourrit ses livres) et de son autosatisfaction  dans  une angoisse sourde, une peur de déchoir, un malaise fait d’une multitude de petits faits du quotidien et de réminiscences du passé.

Le projet littéraire dans lequel elle s’est lancée est d’écrire un livre de développement personnel fondé sur les sept péchés capitaux. « Je n’émets aucun jugement. J’utilise simplement les sept péchés comme point de départ pour expliquer comment mener une vie plus heureuse. » Il faut dire que Nora a beaucoup entendu parler de péché dans son enfance car son père était le prêcheur d’une communauté très stricte dont elle s’est échappée dès qu’elle en a eu l’occasion. Pour ce qui est du jugement et des condamnations, le hasard a fait que la maison qu’ils ont achetée appartenait à un juge très sévère dont le portrait trônait encore dans l’escalier quand ils ont emménagé.
Les péchés capitaux, le souvenir du père, le portrait du juge, tout cela va contribuer à amplifier la culpabilité ressentie à la moindre entorse aux règles de conduites que Nora ne cesse de prôner dans ses livres et ses conférences.

Mais au-delà des sept péchés bien connus, il en existe un huitième, tout aussi diabolique, que Nora ne découvrira qu’à la fin du livre grâce à l’ironie mordante de l’auteure.

Un premier roman bien écrit, bien construit, bien traduit, qui a toutes les qualités pour satisfaire les amateurs de thrillers psychologiques où le suspense et l’angoisse ne doivent rien à l’hémoglobine et reposent sur la finesse de l’écriture. Une auteure suédoise à découvrir et à suivre…

Serge Cabrol 
(18/07/17)    



Retour
Sommaire
Noir & polar








Denoël

Collection Sueurs froides
(Juin 2017)
368 pages - 20,90



Traduit du suédois par
Lucas Messmer







Rebecka Aldén
est suédoise.
Le dernier péché
est son premier roman