Retour l'accueil du site





Antoine AUDOUARD


Paradis quartier bas


La galerie de personnages est magistrale. Autour du héros et narrateur François Balestre, un cinquantenaire mal dans sa peau, écrivain raté et journaliste occasionnel pour une revue locale, on  trouve :
Son voisin le vieux Justin qui après avoir accompagné son épouse aimée gravement malade jusqu'à la fin s'est replié chez lui avec ses escargots (qui seront l'instrument d'une hilarante vengeance) et ses roses. Fort en caractère et en gueule il poursuit le maire du village de sa haine éternelle depuis des années ;
Une canadienne nymphomane et fantasque nommée Marie-Ginette ayant décidé de mettre le grappin sur cet amoureux des gastéropodes solitaire et l'esprit en deuil ;
Caroline, fille de Justin et amie de François, hôtesse à l'office du tourisme local qui s'est récemment convertie à la méditation transcendantale et au yoga ;
Florence, le médecin du village, que le journaliste cherche à mettre dans son lit ; 
Marcel, le simplet soudé à son détecteur de métaux à la recherche d'un trésor qui donne de désastreux coups de main ici et là ;
Sarah (alias Bérengère), une jeune réfugiée marocaine sans papiers poursuivie par sa famille qui initiera François aux sites de rencontre sur Internet ;
Les frères Farelli, un trio de Dalton reconvertis dans l'arnaque ;
Un certain E.T. (Jean-Philippe de son vrai nom),  auteur de romans érotiques en série, qui s'est naïvement fourré dans leurs pattes avant de demander de l'aide à François son ami d'enfance ;
Un ancien camarade d'hypokhâgne, Enguerrand, qui vient déposer pour bons soins, une semaine ou plus, un lama (frileux, doté de parole et sachant chanter) dans le jardin de l'écrivain, au moment même où celui-ci se voit proposer par une « huile » locale un montage douteux pour sauver sa revue en faillite ;
Les frères Santini, patrons véreux proches des politiques locaux, seigneurs du traitement des déchets ;
Un banquier...

Cette improbable communauté de personnages hauts en couleur va s'agiter dans tous les sens sur une courte période avec des aventures plus rocambolesques et truculentes les unes que les autres sous le soleil de Provence à Saint-Gabriel. Ce village autrefois ouvrier et aujourd'hui touristique cher à l'auteur lui avait déjà servi de cadre en 2009 pour  L'Arabe, un livre d'un registre tout différent autour d'un sinistre fait divers du racisme rural ordinaire. 
C'est à peu de choses près le seul point commun entre ces deux romans même si, dans ce thriller loufoque et délirant qui flirte avec la comédie romantique et la farce, Antoine Audouard n’épargnant rien ni personne ne s'interdit pas d'aborder également sous le masque de l'humour des questions plus sérieuses comme le racisme, les sans-papiers, la fin de vie, la corruption, la consommation, la mafia, les réseaux sociaux et l'amour. 

Outre l'indiscutable drôlerie de ces aventures villageoises, le charme de ce Paradis quartier bas réside aussi dans cette légèreté et cette simplicité sous lesquelles pointe une vraie tendresse pour cette France populaire un peu surannée avec ses vieux ronchons, ses cafés chaleureux qui s'agitent en fin de soirée avec l'augmentation du niveau d'alcool des clients, ses mamies à robe à fleurs et les amitiés indestructibles venues de l'enfance.
Peut-être pour en accentuer le côté divertissant et populaire, le bandeau ajouté à la couverture promet au lecteur des « Happy ends garantis ». Promesse tenue avec en prime l'amour au rendez-vous pour François et quelques autres….

Impertinent et jubilatoire, malignement foutraque et positionné à la croisée du polar, du roman de mœurs et de la comédie populaire, ce roman farfelu, endiablé et tendre se dévore avec gourmandise. 
Une belle lecture pour l'été.

Dominique Baillon-Lalande 
(06/07/17)    



Retour
Sommaire
Lectures








Gallimard

192 pages - 17,50











Antoine Audouard,
né en 1956, écrivain et éditeur, a déjà publié
une dizaine de livres.




Folio

304 pages - 7,20



Bio-bibliographie
sur Wikipédia




Visiter le site
de l'auteur :
www.slog.fr/
antoineaudouard