Retour l'accueil du site





Antoine BELLO

L’Homme qui s’envola



Dans son dernier roman, Antoine Bello dessine la fuite d’un homme qui a tout quitté alors que rien ne l’y obligeait. Il s’appelle symboliquement Walker, cet homme qui fuit une vie qui peut se résumer en un seul mot : réussite. Walker est à la tête d’une entreprise florissante, principale concurrente de FedEx. Il est marié à une femme qu’il aime et qui l’aime, ils ont trois enfants, sont riches à millions. Alors, pourquoi fuir ce qui ressemble tout de même au bonheur tel qu’on peut l’imaginer dans un feuilleton américain ? Et pourquoi organiser sa disparition, faire croire à sa mort, plutôt que de choisir la solution du divorce, sachant que l’argent n’entre pas en ligne de compte ? Il a un problème, Walker. Un sacré problème d’ego. L’empathie, il ne connaît pas. Il adore ses enfants mais ne supporte pas de devoir assister aux compétitions de judo de son plus jeune fils. Il a des relations cordiales et même chaleureuses avec ses employés et ses clients, mais la moindre digression dans une conversation professionnelle le met aux cent coups. De quel droit lui vole-t-on ainsi son temps ? Walker, c’est l’homme pressé. Que l’on songe au roman de Paul Morand (1941).
 
Walker planifie sa disparition, et balance son avion privé contre une montagne avant de sauter en parachute. Déclaré mort, il pense être sorti d’affaire et débarrassé des importuns. Mais c’est compter sans l’obstination d’un détective au nom, là encore symbolique, de Shepherd. Cet enquêteur opère en free-lance pour les compagnies d’assurance, il a son propre réseau de relais d’information – concierges d’hôtel, etc. Lorsque le plus gros employeur du Nouveau-Mexique disparaît aux commandes de son avion, et que l’on ne retrouve de lui que ses chaussures et son téléphone portable, Shepherd flaire l’arnaque. Et la traque peut commencer.
 
Antoine Bello fait alterner les récits à la première personne des trois personnages principaux : le détective, le fugitif, et l’épouse de ce dernier. Sarah est tout d’abord dévastée par la mort de son mari, puis furieuse quand elle se rend compte qu’il a mis en scène sa disparition. Incompréhension totale. Aucun signe avant-coureur. Walker est un salaud. Le détective, en revanche, est un homme certes obstiné, mais tout en bienveillance vis-à-vis de Sarah et de ses enfants. Shepherd a un passé sentimental assez sombre, il est veuf sans enfant, et sa vie se résume à la traque.
 
L’Homme qui s’envola est un roman au suspense haletant, qu’il est difficile de lâcher jusqu’à l’épilogue. L’intérêt est sans cesse maintenu par la course-poursuite du détective et du fugitif : chacun à son tour devance l’autre, devine ses pensées, anticipe sur ses actions. On en viendra, bien sûr, à l’idée du meurtre. Que ne faut-il pas faire pour, enfin, être tranquille ? Paradoxalement, Walker, dans sa fuite, n’est plus vraiment maître de son temps. Condamné à contourner tous les pièges de son poursuivant, contraint de changer chaque jour de motel minable, s’interdisant de prendre l’avion ou de louer une voiture, il parcourt les USA en zigzag, en car ou en auto-stop. Il est devenu un errant, et sa fuite n’aura pas de fin, même quand la poursuite du détective cessera.
 
Le personnage de Walker est le type-même du salaud magnifique. Egoïste, égocentré, se suffisant à lui-même et envoyant tout bouler sans remords. Solaire à sa façon, alors qu’il doit rester dans l’ombre. Un personnage solidement bâti, qui aurait mérité que l’on fasse l’économie d’un épilogue à l’eau de rose.

Christine Bini 
(23/06/17)    
Lire d'autres articles de Christine Bini sur http://christinebini.blogspot.fr/



Retour
Sommaire
Lectures








Gallimard

(Mai 2017)
320 pages - 20










Antoine Bello,
né en 1970 à Boston, nouvelliste et romancier,
a déjà publié une dizaine
de livres et obtenu plusieurs prix littéraires.


Bio-bibliographie
sur le site de l'auteur :
www.antoinebello.com