Retour l'accueil du site





Jessie BURTON

Les filles au lion



« Une œuvre d’art qui a survécu à la guerre civile en Espagne et à une guerre mondiale, et que l’on retrouve dans une maison du Surrey, voilà qui ouvre tout un tas de possibilités. »

Jessie Burton nous raconte l’histoire d’un tableau. Et à travers cette histoire, elle développe le thème de la création artistique et celui de la place des femmes dans l’histoire de l’art. Ce tableau, elle nous le décrit si précisément que nous pensons le connaître, l’avoir vu et détaillé :
« Le sujet était à la fois simple et difficile à déchiffrer : d’un côté, une fille tenant la tête sans corps d’une autre fille entre ses mains, et, de l’autre, un lion, assis, hésitant à bondir sur cette proie. Cela faisait penser à une fable. […] Les couleurs de la partie inférieure de l’arrière-plan évoquaient dans mon esprit un portrait de cour de la Renaissance, un patchwork de champs jaunes et verts de toutes sortes, et ce qui ressemblait à un petit château blanc. Le ciel était plus sombre et moins sagement composé ; il y avait quelque chose de cauchemardesque dans ses indigos meurtris. »
 
C’est ainsi que le tableau nous est présenté par Odelle, une jeune femme noire de Trinidad et Tobago qui travaille dans le milieu de l’art, à Londres. Nous sommes en 1967. Odelle va vivre une histoire d’amour avec le propriétaire du tableau, Lawrie. Ce dernier a reçu cet étrange tableau en héritage de sa mère, qui s’est suicidée quelques jours plus tôt. Il voudrait le faire estimer, et peut-être le vendre.
 
Jessie Burton nous fait entrer directement dans le cœur de l’histoire de ce tableau, mais cela, nous ne le saurons qu’à la fin de notre lecture, quand tous les personnages auront livré leurs secrets. Les filles au lion est un roman que l’on dévore à belles dents, à l’inverse du lion du tableau qui refuse de dévorer la jeune fille qu’on lui offre. Les lions qui refusent de dévorer les jeunes filles qui leur sont offertes courent les légendes des premiers Chrétiens. Sainte Blandine, à Lyon, par exemple. Ou santa Rufina, patronne de Séville avec sa sœur santa Justa. C’est justement en Espagne que nous entraîne Jessie Burton, pour un récit parallèle à celui d’Odelle. Les différents épisodes alternent : Odelle nous raconte son histoire dans le Londres de 1967, tandis que, dans un récit à la troisième personne, nous sommes transportés dans l’Andalousie de 1936, au seuil de la guerre civile espagnole. Là, un directeur de galerie viennois, son épouse Sarah et sa fille Olive, se sont installés pour quelque temps dans une grande ferme. Olive a 19 ans et ne rêve que d’intégrer une école d’art, dans laquelle elle a d’ailleurs été admise. Mais elle n’ose pas en parler à son père. Olive veut peindre. Et Olive va peindre. C’est là le début de l’histoire du tableau.
 
L’intrigue des Filles au lion repose sur deux ou trois retournements qu’il est impossible de révéler ici. Mais au-delà du suspense proprement dit, le roman, qui fonctionne comme une mécanique parfaite, révèle des correspondances de situation entre la période espagnole et la période londonienne. Les deux jeunes héroïnes, Odelle et Olive, brûlent du même feu créatif : l’une écrit, l’autre peint. Odelle n’est pas sûre d’elle, alors qu’Olive a l’intuition immédiate que sa peinture est déjà  celle d’un grand peintre. Toutes les deux sont amoureuses – Odelle de Lawrie, et Olive d’Isaac Robles, un révolutionnaire espagnol, peintre lui aussi. Ces deux créatrices savent que les écueils vers la reconnaissance de leur art sont nombreux : Odelle est noire dans une société anglaise qui sursaute à la vue d’un couple mixte ; Olive est une toute jeune femme qui veut s’affirmer dans le domaine de la peinture, domaine dont les femmes sont pratiquement absentes depuis la nuit des temps. Leur percée dans le monde de leur art respectif prend deux routes différentes : Odelle, peu sûre d’elle, est aidée, et presque maternée, par la mystérieuse Marjorie Quick qui est sa supérieure dans l’institution d’art pour laquelle elle travaille ; Olive, de son côté, trente ans auparavant, décide seule du sort qui sera réservé à ses tableaux. Elle, elle sait que si l’on ne force pas le destin, il ne se passe rien.
 
Le roman de Jessie Burton brasse plusieurs thèmes. Celui de la place des femmes dans l’art est prépondérant. Celui du processus de création est également important : Odelle est poussée à écrire par Marjorie Quick, et la nouvelle qu’elle dépose sur son bureau un matin est tirée d’un épisode comique survenu alors que la jeune Noire était vendeuse de chaussures ; Olive trouve sa « manière » de peindre sous le ciel espagnol, exaltée par son amour pour un bel Andalou. Le racisme dans les années 60, le début des horreurs de la guerre d’Espagne et l’allusion à celles de la Seconde Guerre mondiale (« Hitler, voilà ce qui lui est arrivé. Comme à nous tous. » s’écrie le beau-père de Lawrie face à Odelle, en 1967) sont des thèmes seconds, mais primordiaux pour le déroulé du roman. Autre thème abordé, et peut-être insuffisamment déployé : l’interprétation des œuvres d’art. Le tableau de la jeune fille tenant entre ses mains la tête d’une autre jeune fille tandis qu’un lion placide observe la scène est interprété de différentes façons : portrait d’une mère et de sa fille, allégorie de la barbarie… Le thème de Santa Rufina, qui est pourtant le motif premier exploité par le peintre, après Velazquez et Murillo entre autres, n’est que peu discuté. Et moins encore discutée, ou décelée, la projection intime : la jeune fille du tableau tient-elle entre ses mains sa propre tête, ou celle d’une autre jeune fille ? Et qui a posé pour ce tableau ? Jessie Burton évoque, à la marge, le décryptage impossible d’une œuvre d’art, et la projection biaisée du spectateur.
 
Les filles au lion est un roman féministe, dans le sens où les femmes, qui en sont les personnages principaux, luttent chacune à sa façon pour faire entendre une voix. Celle du refus de l’abdication de sa foi (santa Rufina) ; celle de l’affirmation de la création (Odelle et Olive), celle de la dépression (la mère d’Olive) comme symptôme d’une féminité cantonnée à la beauté et à la lecture de Vogue (voilà qui nous renvoie à santa Rufina et à son refus d’honorer Vénus), celle de Marjorie Quick qui dessine dans l’ombre la trajectoire d’Odelle et d’Olive, sans oublier celle de Peggy Guggenheim, la mécène.

NB : Nous laissons au lecteur le soin de découvrir, au fil du web, la légende de santa Justa et santa Rufina, patronnes de Séville, que nous ne faisons qu’aborder ici.

Christine Bini 
(18/05/17)    
Lire d'autres articles de Christine Bini sur http://christinebini.blogspot.fr/



Retour
Sommaire
Lectures








Gallimard

(Mars 2017)
496 pages - 22,50


Traduit de l’anglais par
Jean Esch












Jessie Burton
née à Londres en 1982, écrivaine et comédienne,
a remporté un succès international avec son premier roman, Miniaturiste.