Retour l'accueil du site





Denis COSNARD

Frede



Qui est ce personnage, cigarette à la main, regard perdu mais profond, au visage androgyne et vêtu d’un élégant costume sur la couverture ? Lisez ce récit et vous ferez connaissance avec une personne vouée à un destin particulier, elle qui, née à l’aube de la Première Guerre mondiale traversera ce XXe siècle. Lire la biographie de Frede, alias Suzanne Baulé (1914-1976), c’est entrer dans la vie nocturne parisienne et ses clubs privés, et dans le Carroll’s, un club où se croiseront les plus grandes célébrités comme Marlene Dietrich, Maria Felix, Sacha Guitry, Orson Welles ou Brigitte Bardot... C’est retrouver les événements majeurs de toute une partie du siècle, c’est découvrir les lieux nocturnes, Paris, Biarritz ou Antibes. En effet, telle est la vie de Suzanne Baulé, alias Frede, une femme fascinante car énigmatique, passionnée et passionnelle, amante d’Anaïs Nin, de Marlene Dietrich…, fidèle à son club, le Carroll’s, haut lieu de la nuit parisienne : la nuit tombée, tout est différent. Le quartier revêt son costume de soirée. La petite voie parallèle aux Champs-Elysées s’emplit de stars et de starlettes, de diplomates sud-américains. […] Point de ralliement, le 36. Sur le mur, dans une vitrine, des photos de vedettes surmontées d’une petite enseigne. Un néon rouge vif forme un nom devenu un sésame : Carroll’s.

Mais il serait réducteur de lire uniquement la biographie de Frede et laisser de côté un autre aspect du texte : comment oublier qu’il y a aussi un récit dans le récit, celui de l’enquête qui nous permet à la fois de nous plonger dans l’itinéraire et le travail du journaliste ? En effet, lire cette enquête, c’est aussi comprendre les méthodes d’investigation d’un homme qui croise les informations, multiplie ses sources, variées et originales, pour recomposer le parcours de Frede, comme si Denis Cosnard voulait percer le mystère de cette femme, si féminine mais si lisse comme ses vêtements de soirée masculins.

Si Denis Cosnard a découvert l’existence de Frede dans un roman de Patrick Modiano (Remise de peine), il prend le chemin inverse du romancier qu’il admire tant et à qui il a consacré un livre (Dans la peau de Patrick Modiano), en manifestant une volonté d’exhaustivité et de précision. Le style, vif, efficace et sobre entraîne le lecteur dans un univers inattendu, à la fois clandestin et brillant, libertin et fidèle. Denis Cosnard est fasciné par cette femme (issue de l’univers de Modiano) qui vous fascinera aussi, sans nul doute.

Sylvie Legendre-Torcolacci 
(06/09/17)    



Retour
Sommaire
Lectures








Équateurs

(Mai 2017)
240 pages - 20







Denis Cosnard,
journaliste au Monde, a publié Dans la peau de Patrick Modiano (Fayard), Grand prix de l’essai
2011 de la SGDL.